A Brea, les gastronomes ne voient plus "La Vie en Rose"

Réplique exacte d’une ferme normande des environs de Bayeux, le restaurant «La Vie en Rose», construit au début des années 80, faisait partie du paysage de la ville de Brea, dans la banlieue Est de Los Angeles. L’établissement va pourtant bientôt disparaître, puisque son propriétaire, Louis Laulhère, a décidé de cesser son activité le 28 janvier prochain : « Après 27 années d’exercice, j’ai décidé qu’il était temps de tourner la page, explique ce Béarnais de 76 ans, arrivé aux Etats Unis à la fin des années 50. « Cela ne se fait pas sans émotion, bien sûr, mais j’ai tellement de bons souvenirs dans ce restaurant que je n’ai pas de regret. »

Louis Laulhère peut effectivement partir avec le sentiment du devoir accompli. Lorsqu’il reprend «La Vie en Rose» en 1984, créé deux ans plus tôt par un autre Français, Jacques Bonel, l’établissement est moribond et perd de l’argent : «Le challenge était énorme. Il n’y avait de clientèle régulière, les employés étaient démotivés et les investisseurs mettaient une pression énorme pour avoir des résultats et pour proposer un restaurant 5 étoiles. Progressivement, j’ai changé le personnel, la carte, la décoration… et cela a fini par payer.»

Proposant une cuisine française traditionnelle et rustique, «La Vie en Rose» devient ainsi un établissement incontournable pour les gastronomes. Au passage, Louis Laulhère accumule les prix et récompenses : restaurateur de l’année en 2005, Golden Sceptre de 2004 à 2009, Bacchus Wine Award de 2005 à 2009, Gold Merit de 1994 à 2007, Distinguished Restaurants of North America de 1994 à 2010, Best French Restaurant in Orange County en 2004, Award of Excellence de 1998 à 2007 par «The Wine Spectator» …

Les célébrités se pressent également pour obtenir une table, de même que les politiques, à l’image d’Arnold Schwarzenegger devenu client fidèle durant son mandat de gouverneur de Californie, ou encore le consul de France à Los Angeles, David Martinon. « Nous avons travaillé dur et nous avons aussi eu de la chance, ce sont ces deux éléments qui ont fait la recette de notre succès. Le bouche-à-oreille a fait le reste. Mais ma plus grande fierté, c’est que depuis mon arrivée, j’ai quasiment les mêmes employés. » Un personnel de 41 salariés pour 463 couverts.

Quand cette aventure gastronomique prendra toutefois, la ferme normande sera même détruite dans la foulée. « Lorsque j’ai indiqué aux investisseurs que je souhaitais arrêter car les charges devenaient trop lourdes, ils ont pris la décision de tout raser et de construire un «box restaurant» de l’enseigne Lazy Dog Cafe. »

Louis Laulhère, quant à lui, n’a pas l’intention de s’arrêter : « J’aime ma femme, mes quatre enfants et mes petits enfants, mais rester à la maison, ce n’est pas pour moi ! ». Le Béarnais s’est donc mis en quête d’un nouvel établissement «beaucoup plus petit et moins lourd à gérer» pour relancer «La Vie en Rose» dont il possède le nom. «Je me donne quelques mois pour l’ouvrir, certainement ici à Brea où se trouve la majorité de ma clientèle.» Les amateurs de bonne chère ne devraient donc pas avoir à se serrer la ceinture trop longtemps.

Infos pratiques :

Ce vendredi 13 janvier, à partir de 18h30, le restaurant «La Vie en Rose» proposera sa toute dernière soirée “Dinner with a Movie Night” avec menu de trois plats, suivi par la projection à 19h30 du film de Woody Allen “Midnight in Paris” (version originale). 28,50 dollars. Réservations au 714 529-8333 ou sur le site inernet : http://www.lavnrose.com/