Andrée Putman, l’éclectisme farceur

C’est un truc de fils ou fille de célébrité: ils ne disent pas “mon père” ou “ma mère”. Pour Cyrille Putman, c’est donc “Andrée”. Le fils de la célèbre designer française, directeur du développement de l’agence Putman a supervisé l’exposition organisée aux services culturels de l’Ambassade de France, “Beyond Style”. A 82 ans, Andrée vient toujours au bureau chaque jour, mais elle n’a pas fait le déplacement jusqu’à New York, “elle est fragile, on la protège” dit Cyrille, le directeur du développement de l’agence. Sa soeur Olivia est elle directrice artistique.
Piano Voix lactée crée par Andrée Putman pour Pleyel

L’exposition est un inventaire à la Prévert, du piano Pleyel à 200 000 euros en série limitée, récemment crée par Andrée Putman, à la table Prisunic en fil de fer, “le risque, dit Cyrille Putman, était de créer une espèce de magasin, avec des objets sur des étagères”. Il a donc choisi une “pièce montée lumineuse”, sur laquelle s’étalent les objets. En un tour (rapide, l’exposition est de petit format), on découvre, dit le fils “le style Putman, la lutte contre le conformisme et en même temps le côte farceur”

Mais la meilleure preuve de l’influence et de l’actualité de Putman, c’est en dehors de l’exposition qu’on la trouve. Ce mercredi est inauguré l’hôtel Morgans rénové, sur Madison Avenue. C’est la décoration de cet hôtel, en 1984, qui a lancé Andrée Putman sur la scène internationale du design. Le damier noir et blanc, devenu sa marque de fabrique, est né dans les salles-de-bain de l’hôtel, “faute de moyens: c’étaient les seules couleurs qu’elle pouvait utiliser!” raconte Cyrille. Ian Schrager, le propriétaire, lance avec le Morgans le premier de ce qu’on n’appelle pas encore les “boutique hôtels”.

Andrée Putman (Photo Xavier Bejot, Agence Tripod)
Le succès de Putman avec le Morgans est aussi l’histoire d’un quiproquo: “Ian Schrager pensait qu’elle était très célébre en France; en France, on pensait qu’elle était très connue aux US!”. En réalité, alors qu’elle a déjà 59 ans, Andrée Putman n’est alors connue, dans le monde de la décoration, que pour ses rééditions de meubles des années 30, c’est bien le Morgans qui fait changer de dimension cette designer qui, dit son fils “n’a jamais dessiné. Elle raconte une histoire à ses équipes, qui ensuite réalisent, sous son contrôle”.

Le Morgans rénové conserve ce style Putman. Ses équipes ont tout change, “mais rien n’a changé” dit Cyrille Putman: les damiers des salles-de-bain, notamment sont là, “réinterprétés”, mais toujours carrés en noir et blanc.

Exposition Andrée Putman, Beyond Style, Service culturels de l’Ambassade de France, 972 Fifth Avenue (entre 78th & 79th St). Exposition ouverte de 1 à 5 pm, du lundi au vendredi jusqu’au 10 octobre.

Le Morgans Hotel, inauguré ce mercredi, a rouvert début septembre. 237 Madison Ave (ent. Tel. 212 686 0300) entre 37th et 38th streets.

A voir aussi la boutique Anne Fontaine, ouverte au printemps dernier et designée par Andrée Putman, au 677 Madison Avenue (entre 61st et 62nd).