Manger sain à San Francisco: There’s an app for that !

Les produits de la ferme et les plats gourmets livrés à domicile ont le vent en poupe à San Francisco. Oeufs, fromages et pain: les Français ne manqueront de rien ici. Mais gare au budget!

Les vies sont bien remplies pour les francophones de la Vallée. Pas toujours le temps de faire la queue au Whole Foods le plus proche, pas toujours commode de se frayer un chemin dans les rayons de Trader Joe’s. Pas non plus toujours très agréable de déambuler dans le grand hall du Farmers Market le week-end au Ferry Plaza. Heureusement, les livraisons à domicile s’organisent: les produits sont envoyés de la ferme ou de la cuisine à la maison, depuis le smartphone, évidemment.

Pour mieux comprendre l’intérêt des locaux pour la mode “organic & sustainable”, il faut se rappeler qu’il y a 40 ans à peine, la Silicon Valley était principalement une terre agricole. Résulat: il est aujourd’hui plus facile de trouver une salade de kale qu’un Big Mac dans le coeur de la ville californienne.

Scénario 1:  pas le temps de cuisiner

Eatsprig fait la tambouille pour vous. La société a été lancée par l’ancien chef de Google, Nate Keller. Elle propose un menu concocté à base de produits frais, de saison. Tous les Franciscains souffrent d’une allergie – souvent exotique et mutante -: il est ainsi possible de commander un menu gluten-free et, bien entendu, végétarien ou végétalien. Chaque plat est facturé $10, plus $2 de livraison (dans les 20 minutes, une fois le plat préparé). Pas de cash: vous payez en ligne ou via l’application mobile (iPhone, bientôt Android). La livraison est assurée entre 17h30 et 21h30.

Munchery a eu la même idée. Des plats de chefs sont cuisinés pour vous, avec des options particulièrement recommandables si vous êtes en régime “low carb” ou si vous préférez le “100% végé”. Tous les ingrédients sont garantis “locaux, bio et durables”. Le prix moyen est de $11 par plat, par personne. Attention, il faut manger à l’heure américaine: livraison jusqu’à 19h.

Scénario 2: pas le temps de faire la conversation à la fermière

Direction FarmBox SF. Ses créateurs, Reisha Fryzer et Chako Fairbanks, recherchent dans la région les meilleurs produits de la ferme. Ils doivent être bio et répondre à des critères de développement durable: des noix, du miel, des oeufs, des fruits, des légumes, du fromage et du pain. Attention, le panier complet revient à $169. Par contre, ils offrent un service parfaitement adapté aux nombreux adeptes des régimes paleo/crossfit.

Autre option: GoodEggs. A San Francisco, le terme CSA (Community-supported agriculture) est un label connu de tous les locaux. Il fait référence au soutien (quasi religieux) apporté à l’agriculture paysanne, un mouvement importé d’Europe dans le courant des années 80. Là non plus, les produits ne sont pas à la portée de tous les budgets, mais sont d’une qualité irréprochable: des citrons aux bettes en passant par les oeufs, évidemment, mais aussi le poulet fermier.

Photo : Inetours.com