Art Basel 2009 : Miami Beach en ébullition

Miami Beach se prépare à une semaine folle : la 8ème édition d’Art Basel Miami ouvre ses portes officiellement le 2 décembre pour cinq jours – et cinq nuits – dédiés à la créativité artistique sous toutes ses formes. Devenue rapidement la manifestation d’art contemporain la plus importante du continent américain, cette foire de Miami draine désormais chaque année une foule de 40 000 visiteurs dans laquelle se mélangent grands collectionneurs venus du monde entier, noctambules mondains, badauds esthètes et professionnels du marché de l’art. Un cocktail original dont le pouvoir attractif ne semble pas être entamé par la crise économique : Art Basel Miami 2009 réunira en effet plus de 2000 artistes et 266 galeries exposantes (contre 250 l’an dernier). Et ce, sans même comptabiliser toutes les expositions satellites du “Off” , éparpillées un peu partout dans la ville.

Mais la question qui taraude tous les professionnels, bien sûr, c’est de savoir si les collectionneurs mettront la main au portefeuille. L’édition de l’an dernier avait été de ce point de vue très décevante. Mais du coté des galeries, on se veut désormais résolument optimiste. Les grandes ventes aux enchères d’art contemporain et moderne, qui se tenaient début novembre chez Sotheby’s et Christie’s à New York, ont en effet enregistré de nouveaux records. Avec par exemple une statue d’Alberto Giacometti vendue 19,3 millions de dollars, alors qu’elle était estimée entre 8 et 12 millions, ou encore un petit tableau de Renoir, baptisé “le baiser” dont l’estimation haute était de 2 millions de dollars… et qui est finalement parti à 6,3 millions de dollars. Des prix qui dépassent allègrement les estimations, on n’avait pas connu cela depuis mai 2006 ! De quoi faire souffler un vent d’enthousiasme dans les allées de l’Art Basel Miami 2009.

Art Basel Miami Beach en résumé

Le cœur de ce grand show annuel, c’est avant tout le Convention Center dans le quartier de Art Deco District. C’est dans cette immense bâtiment que seront regroupées la plupart des 266 galeries de l’exposition principale. Des galeries triées sur le volet, assure l’organisateur, afin de montrer aux visiteurs le meilleur de l’art de 1900 à nos jours. Ces galeries viennent de 33 pays différents, dont une quinzaine directement de France. Parmi les œuvres exposées, des peintures, des photographies, des installations, des vidéos ou des sculptures dont le prix peut varier de plusieurs centaines de dollars à plusieurs millions de dollars. Pour mieux s’y retrouver, l’espace d’exposition comprend plusieurs sections comme par exemple, Art Kabinett, qui regroupe 28 galeries concentrées sur un seul thème (comme par exemple Marcel Duchamp sur le stand de la galerie Neumann) ou encore Art Nova, réservée aux galeries présentant des œuvres récentes. Avis aux visiteurs des éditions précédentes : les jeunes artistes qui exposaient auparavant leurs œuvres dans des containers sur le front de mer dans Collins Park, ont été rapatriés dans le bâtiment du Convention Center, dans l’espace Art Projects.

Le Convention Center ouvre ses portes au public de midi à 20 H tous les jours (sauf le le 2 décembre réservé aux professionnels). Le ticket d’entrée adulte plein tarif est à 35 dollars.

Un bon plan pour ne pas manquer l’essentiel: une visite guidée avec Artnexus pour 17 dollars par personne.

The Oceanfront : à découvrir

C’est la grande nouveauté de l’année : un espace directement sur la mer, destiné à l’art virtuel et à l’interaction avec le grand public : Concerts, conférences, projections de vidéos, performances artistiques… le tout en accès libre. Situé entre la 21ème et la 22ème rue, il est à 5 minutes du Convention Center. “C’est un endroit à ne surtout pas manquer” assure Muriel Quancard, commissaire d’exposition et cofondatrice d’Opus Travels, une agence de voyage spécialisée dans l’art contemporain. ” Ce lieu a été conçu avec l’agence new yorkaise Creative Time, l’agence la plus réputée au monde dans la réalisation d’espaces d’expositions artistiques”. La conférence à ne pas manquer selon Muriel Quincard : AI Weiwei, jeudi matin de 10H à 11H. “C’est l’artiste chinois le plus brillant de sa génération. C’est une occasion rare de l’écouter”.

The Oceanfront ouvrira ses portes à 9H le matin, pour ceux qui veulent « bruncher », et fermera tard dans la nuit. Accès gratuit.

Les autres foires du “Off”

Le grand show de l’art contemporain à Miami, ce n’est pas seulement Art Basel Beach. C’est aussi le “off”, avec des dizaines d’autres galeries regroupées dans d’autres foires indépendantes un peu partout en ville. Avec des artistes parfois moins connus, et aussi, souvent moins chers. “Cette année, il y a 16 manifestations parallèles” explique Anne Couillaud, une commissaire d’exposition indépendante basée à New York. “C’est moins que l’an dernier. Cela s’explique bien sûr par la crise, qui touche en premier les petites galeries”, explique Anne Couillaud. Ses trois endroits préférés : Nada (78 exposants à l’hôtel Deauville) le Pulse (85 exposants, localisé au Ice Palace) , et enfin, Scope (environ 70 exposants, situé Soho Studios Miami).

A signaler aussi le salon Design Miami (dans le Design District de Miami), et qui s’est rapidement imposé comme un rendez-vous obligatoire des professionnels. Vous pourrez y retrouver, entre autres, la célèbre agence parisienne Patrick Seguin.

Astuce : des navettes régulières permettent de rejoindre ces foires parallèles à partir du Convention Center.

Et tout le reste….

Miami, c’est aussi le lieu de résidence de plusieurs grands collectionneurs d’art, pour beaucoup d’origine latino-américaine. ” Ils se livrent entre eux à une espèce de compétition, ce qui donne naissance à des collections d’une incroyable richesse” explique Muriel Quancard. Et la bonne nouvelle, c’est que l’on peut généralement visiter ces collections pendant le Miami Art Basel Miami, soit en accès libre soit en prenant rendez-vous. Pour Muriel Quancard, les collections à ne pas manquer cette année sont les suivantes : Scholl, Rubell, Marguilies et De la Cruz. Tous les renseignements disponibles à Art Basel Miami ou sur leur site web.

“Quitte à se faire une immersion dans l’art contemporain, ne ratez pas les grands musée de Miami” ajoute Anne Couillaud. Comme par exemple le MOCA, le MAM (avec une exposition sur Guillermo Kuilta), le BASS Museum (qui expose un partie de la collection privée Jumex), ou encore le le World Class Boxing (avec la française Syvie fleury en vedette).

Enfin, Art Basel Miami ne serait pas ce qu’il est, sans l’intense vie festive et nocturne qui illumine la ville pendant cinq jours. La majorité des vernissages et des parties privées sont sur invitation privée. Mais avec de gentils sourires et un peu de persévérance sur les stands des galeries, rien n’est impossible…

Tous les renseignements sur le site officiel.