Au revoir Président

George W. Bush ne pouvait quitter la Maison Blanche sans un passage en Europe, et, évidemment, sans rendre visite à son plus grand admirateur : Nicolas Sarkozy. Ce dernier l’a d’ailleurs félicité pour ce qu’il laisse derrière lui, tel que le rapporte le Washington Post, ce qui en réalité signifie un déficit de 250 milliards de dollars, malgré l’excédent de 100 milliards au sortir du mandat de son prédécesseur Clinton. Bush a gentiment remercié en précisant qu’il lui restait “encore le temps de changer plein de choses d’ici janvier”, pour le meilleur comme pour le pire!

Bien sûr, ce voyage fut un moment pour évoquer l’amitié entre la France et le Nouveau Monde, une amitié qui «date de plusieurs siècles» et qui fut ternie par un sujet que personne ne prend le risque d’évoquer : la guerre en Irak et le non de Chirac. Le Washington Post souligne l’appui total de la France envers la politique des USA contre l’Iran. Avec Angela Merkel, chancelière d’Allemagne, et Silvio Berlusconi, Premier ministre italien, Nicolas Sarkozy et George Bush souhaitent bloquer l’éventuelle obtention de l’arme nucléaire au plus gros pays producteur de pétrole.
En tout cas, le programme de G.W Bush lors de son séjour à Paris semble pour le moins… touristique ! Charlotte.com livre une liste surprenante de ses activités. On pourrait s’attendre à des conférences par dizaines, à de longues discussions sur l’avenir de la plus grande puissance mondiale… Que nenni. Lorsque le président américain est à Paris, il va faire «du vélo à Saint-Cloud, prier à la Cathédrale américaine Holy Trinity» pour ensuite s’envoler vers le Buckingham Palace en compagnie de sa femme.

Encore 7 mois, mais tous pensent à Obama !


Le Huffington Post offre un petit tour du monde dédié à la popularité d’Obama. A travers différents sondages, le journaliste Alan Fram explique que de nombreux pays, dont la France mais aussi l’Allemagne, la Turquie ou l’Australie, «craignent les répercussions de la crise économique américaine sur leur société. Une vision négative des Etats-Unis persiste, et ce depuis l’invasion de l’Irak. C’est d’ailleurs dans les pays où l’opposition publique à la politique de Bush fut la plus forte que l’espoir en Obama est le plus grand, incluant la France, l’Espagne, et l’Allemagne.»
L’article précise aussi que son ancienne rivale Hillary était en général plus appréciée que McCain, mais moins que le sénateur de l’Illinois.

Et le dollar qui n’en finit pas…

«Loaves end Fishes Cookshop accepte les euros», dit le gratuit newyorkais Metro: dans le restaurant des Hamptons, comme de nombreux autres détaillants de la station balnéaire newyorkaise, les Français, et Européens peuvent désormais effectuer leurs achats avec leur chère et puissante devise… Après le Taj Mahal, ce sont aux magasins américains de passer à l’euro, grande première ! Le Washington Times propose de suivre l’évolution du dollar face à plusieurs devises : «1euro équivaut à 1,5354$ » Un des nombreux défis laissés par 8 ans d’ère Bush que le futur président devra relever. En tous cas, pour les Français, l’Amérique s’offre à vous !

Pendant ce temps :

Quoi qu’il advienne peu importe, la presse américaine fait référence à la France pour un tout autre sujet, d’importance variable suivant les affinités : Brad Pitt et Angélina Jolie sont dans le Sud. Le Huffington Post y consacre un article. Des rumeurs affirment que «Angélina aurait accouché de ses jumeaux en France» , Brad Pitt a immédiatement démenti, «les enfants sont attendu pour le mois d’août» a confirmé sa femme. Des vacances croustillantes pour les paparazzis français.