Basse Californie : entre mer et désert

La mer ou le désert ? En Basse Californie, il faut sans arrêt choisir car l’une comme l’autre ne cesse de vous faire des clins d’œil en vous invitant à chaque instant à venir découvrir ses charmes et l’une comme l’autre ne sont jamais loin. Ce long doigt de 1300 kilomètres, au sud de San Diego, n’est parfois pas plus large que 45 kilomètres. D’un côté le Golfe de Californie et de l’autre, l’Océan Pacifique. Certains sont tentés de parcourir l’intégralité de la péninsule en voiture. À leur arrivée à Cabo San Lucas, à l’extrême sud, ils vous déclarent avec beaucoup de franchise en sirotant une Corona que si c’était à refaire, ils ne le referaient pas. Le conseil m’a été confirmé par mon guide local. La route du nord au sud de la Baja ? Trop longue, jalonnée de policiers pas toujours clairs avec les touristes et finalement assez monotone. Mieux vaut, par conséquent, choisir une région et s’y tenir. En l’occurrence, pour ma part, le sud, autour de La Paz, petite ville mexicaine sans surprise mais avec une jolie baie et un front de mer qui rappellent un peu le Malecon de La Havane et pas seulement parce qu’il est de coutume de s’y balader en fin de journée.
À partir de La Paz, il est facile de partir sur les routes à la découverte de cette étonnante proximité entre le désert mexicain et la mer ou l’océan. Point commun : l’immensité ! Côté terre des kilomètres carrés sans habitation, avec d’énormes cactus pour seule végétation et des côtes découpées sur lesquelles on découvre des plages à la virginité à peine violée. Côté mer, des lagons insensés, des îles et îlots pour la plupart classés au Patrimoine Mondial de l’Humanité et des baleines. Impossible de manquer les cétacés. Plus de 2000 baleines se donnent rendez-vous tous les ans dans la région, plutôt côté Pacifique, entre décembre et mars pour mettre bas leur baleineau. Magique ! Amateurs de nature, la Baja est à vous. Pour combien de temps encore ? Quelques belles années encore mais méfiance car dans mes notes de voyage il y a tout de même quelques points noirs. À La Paz, on a gâché le coucher de soleil en construisant en plein dans l’axe du soleil couchant, des immeubles d’habitation. Dans l’extrême sud, il faut vite oublier « el corridor », la zone d’une trentaine de kilomètres qui s’étend de Cabo San Lucas à San José del Cabo. L’urbanisation s’y est faite dans la plus grande anarchie. Hôtels, centres commerciaux et entrepôts y jouent des coudes. Malheureusement, c’est souvent la dernière vision que l’on a de la Basse Californie lorsque l’on rejoint l’aéroport de San José pour le départ. Quel dommage.

À faire :
À partir de La Paz, prendre la route et remonter la Baja jusqu’à Guerrero Negro pour les plus courageux (limite nord/sud) ou jusqu’à Loreto, si vous voulez faire moins de route. Le trajet vous donnera l ‘occasion de visiter plusieurs missions, dont la plus ancienne, à Loreto, terminée en 1697 par les Jésuites. Deux jours, peut-être trois, voire quatre, tout dépend de votre rythme. C’est selon.

À voir absolument :
Autour de La Paz, l’exceptionnelle Bahia Balandra. Un décor de rêve. Montagnes, mangrove, plages de sable blanc et d’incroyables nuances de bleu et de vert dans l’eau.
Plus au nord, près de Mulegé, la somptueuse Bahia Concepcion. Là aussi le paysage est à tomber. Sur la plage Los Naranjos, on peut louer des cabanes et se sentir seul au monde, les pieds dans l’eau et la tête dans la montagne.
À voir également la très belle palmeraie de Mulegé
Toujours sur la route qui remonte la Baja vers le nord, le point de vue sur le volcan Las Res Virgenes (les Trois Vierges) qui culmine à près de 2000 mètres vaut vraiment le détour, ainsi que le petit village de San Ignacio.

À faire absolument :
De décembre à mars, embarquer à bord d’une panga, l’embarcation traditionnelle, pour observer et même toucher l’une des nombreuses baleines grises qui séjournent dans la Laguna Ojo de Liebre, sur la côte ouest de la Baja. Émotions considérables pour ceux que les baleines attendrissent impressionnent ou passionnent, très beau spectacle de la nature pour les autres.

Comment y aller ?
En avion
Le plus simple est de faire un stop à Los Angeles puis de continuer soit vers La Paz, soit au sud  vers Cabo San Lucas. Plusieurs compagnies aériennes desservent le sud, un peu moins La Paz, moins touristique. On peut également faire un stop à Mexico. La Paz est ensuite à 2h20 d’avion de la capitale mexicaine.

Par la route
Depuis San Diego ou Los Angeles, nous l’avons dit, le trajet est long, monotone et très souvent perturbé par des contrôles policiers pas clairs.

Où séjourner ?
À La Paz, très peu d’hôtels. Nous avons trouvé un joli B & B, en peine ville, à quelques minutes à pied du Malecon. El Angel Azul est tenu par sa propriétaire Esther, une Suissesse allemande qui dirige son équipe avec fermeté.
Pour un break total, une retraite zen, en pleine nature, loin de la ville et du premier village, je suis allé voir le « Laguna Ecological Center ». Une dizaine de paillotes au milieu des dunes et des cactus, un confort un peu rustique mais c’est voulu, car on vient ici pour se ressourcer autour de l’essentiel. Yoga, méditation, massages, activités artistiques sont au programme de chaque jour. (www.ecobaja.com)

Où manger ?
À La Bohème, un restaurant tenu par des Français, Jean-christophe et Marjorie. Bonne cuisine et cadre très agréable. On déjeune et dîne dans un patio fleuri car le restaurant a été aménagé dans une maison ancienne, en plein centre ville.
Le couple s’occupe également de Mexcapade, le voyagiste qui peut vous organiser votre séjour et vos activités.

Où boire un verre ?
Sur l’une des terrasses du Malecon pour assister au coucher du soleil sur la baie en savourant une Corona ou une Sol, deux bières typiquement mexicaines.

Un dernier conseil ?
Surtout n’hésitez pas à louer les services d’un propriétaire de bateau pour aller en mer. Pendant la saison des baleines, c’est évidemment magiques, mais certaines sont présentes toute l’année. Surtout, depuis la mer, vous obtiendrez des points de vue extraordinaires et découvrirez des baies uniquement accessible en bateau.

À consulter :
www.basse-californie.org et www.mexcapade.com

A lire :
Guide Ulysse  Los Cabos et La Paz
Lonely planet Mexique