Bernard, Nicolas, Charlotte et Sylvie dans la presse américaine

“Les Nations Unies doivent enquêter et clarifier le rôle dominant des Etats-Unis dans le tremblement de terre d’ Haïti.” Voilà la déclaration de Bernard Kouchner rapportée par le Washingon Post cette semaine. D’après le quotidien, “les forces américaines ont refoulé la semaine dernière un plan d’aide français portant “un hôpital de terrain” à l’aéroport de Port-au-Prince, provoquant alors une plainte du ministre français de la coopération Alain Joyandet“, précisant ensuite que “l’avion a atterri en toute sécurité le jour suivant.” L’article dit que suite à cet incident, le ministre des affaires étrangères a conseillé aux gouvernements et groupes d’aides de ne pas se chamailler, ce qui est importe est le sort des Haïtiens. Mais Alain Joyandet persiste en déclarant: il s’agit d’aider Haïti, pas d’occuper Haïti. Le quotidien nous précise que d’après la secrétaire d’état américaine Hillary Clinton, “les Etats-Unis n’ont pas l’intention de prendre le pouvoir sur les responsables haïtiens”. L’article rapporte que d”autres responsables français ont cherché à calmer les tensions diplomatiques comme le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Bernard Valero qui a insisté sur le fait que ces incidents d’avion sont des problèmes mineurs. Le Washington Post nous rappelle que les deux nations ont occupés Haïti dans le passé.

Notre décision sur l’interdiction de la Burqua fait réfléchir outre-atlantique. Cette semaine, le blog politique Politics Daily se pose cette question: suivre l’exemple de la France et  Banir la Burqa? Selon la journaliste, le président français Nicolas Sarkozy ne fait pas mystère de son aversion pour le costume à la mode afghane et des voiles en les appelant «un signe de soumission, un signe d’avilissement.” Elle nous rappelle qu‘une loi avait été adoptée en 2004 interdisant les jeunes filles de porter le voile dans les écoles publiques. Aujourd’hui cette discussion sur la Burqua “a perturbé cette nation dont les musulmans représentent un dixième de sa population“. Pour la journaliste, il existe de nombreuses raisons pour ne pas suivre l’exemple français

Le New York le Times fait un article élogieux sur Charlotte Gainsbourg qui a commencé sa tournée américaine. Le quotidien lui trouve une voix rangée entre sifflement et chuchotement donnant un style de confession scandaleuse, faisant alors référence à Serge Gainsbourg et ses nombreux scandales. A propos de son père,  l’héritage occupe une place importante, en effet dès le début de sa carrière musicale, elle a été liée à celle de son Serge.  Pour la journaliste, en plus d’être une chanteuses de qualité Charlotte Gainsbourg a une longue et importante carrière au cinéma. Le résultat de son nouvel album “IRM” est un record éclectique pop et une sorte de coming-out party, pour le New York Times c’est la première fois que Mme Gainsbourg, la chanteuse fait preuve du charisme de l’actrice Charlotte Gainsbourg.

Le New-York Times félicite la nouvelle directrice du plus important quotidien français Le Monde. “Pour la première fois depuis 65 ans une femme prend la direction”, rapporte le journal. Selon le quotidien, ce sera “un énorme défi de diriger un journal vénéré qui a déjà du mal à se maintenir avec l’ère d’internet.” Le journal nous rappelle que Sylvie Kauffmann a 55 ans, que c’est l’ancienne rédactrice-en-chef adjointe, et plus récemment la correspondante de l’Asie du Sud pour le journal. Elle travaille au Monde depuis 1988. Selon la journaliste,  “ses articles sur les États-Unis a été jugé tout à fait objectif et admirable, compte tenu de la relation ambivalente que La France a souvent eu avec les États-Unis.”