Call in Europe : téléphone mobile low-cost pour voyageurs en France

Patrick Gentemann est un entrepreneur successful dans l’univers des télécommunications.
Il fait partie de la race de ces leaders à la fois premiers vendeurs de leur entreprise et toujours à l’affût des innovations qui sauront rencontrer les attentes des consommateurs.

Vous vous êtes déjà demandé combien vous coûtaient vos communications téléphoniques lors de vos séjours en France? Patrick Gentemann a la réponse: “beaucoup trop cher”. Que vous choisissiez le “roaming” avec votre fournisseur américain ou que vous optiez pour une carte prépayée avec un opérateur français, la facture explose… Ce constat, tout le monde l’a fait.

Mais Gentemann, lui, en expert des télécoms, y a décelé une opportunité de business: le téléphone “low cost” pour voyageurs. Il a créé l’an dernier Call in Europe, en partenariat avec SFR, pour permettre aux Français des Etats-Unis (mais aussi aux Américains) de payer les communications lors de leurs séjours en France entre 50 et 70% moins cher par rapport aux solutions traditionnelles.

(suite de l’article sous le tableau)

—————————————————-
Comparatif: Appels depuis la France (tarifs en dollars)
|Service|Call-in-Europe| T-Mobile| AT&T| Verizon Wireless| SFR et Orange Prepaid| Bouygues Prepaid|
|Local| 39¢min| $0.99min| $1.29min| $1.29min| $0.77min | $0.70min|
|Europe| 39¢min| $1.33min| $1.29min| $1.29min| $1.05min| $0.84min|
|US & Canada| 39¢min| $0.99min| $1.29min| $1.29min| $1.05min| $0.84min|

—————————————————–

Gentemann n’est pas un novice dans les télécoms. Autodidacte et “vendeur né”, il y a même plutôt bien réussi. Son aventure a commencé au début des années 1990, aux Etats-Unis déjà, avec la déréglementation du secteur des télécoms aux Etats-Unis. Il y est devenu “switchless reseller”: achetant des communications longues distances en gros pour les revendre au détail. Puis la déréglementation est arrivée en France et il a décidé d’y retourner pour devenir un des pionniers du secteur. Avec 225 000 euros d’investissement, il fonde Futur Telecom en 1998, qui fournit aux entreprises françaises des services de télécom à prix cassé. En 2005, il revend à SFR son entreprise qui réalise alors 50 millions d’euros de chiffre d’affaires, avec 10 % de résultat net. Dans la foulée, il vend aussi les actifs de Futur Telecom USA. Belle réussite et avenir assuré, mais le Marseillais est du genre “serial entrepreneur” et en novembre 2006, il se lance dans Call in Europe.

Désormais basé à Greenwich (Connecticut), il se lance à l’assaut d’un marché de “2,8 millions de résidents aux Etats-Unis qui vont en France chaque année, dont 700 000 y vont au moins 4 fois par an”.
Pendant plusieurs mois, il tâtonne avant de trouver une formule qui puisse attirer ces utilisateurs globe-trotters, pas toujours très attentifs au montant de leurs factures téléphoniques. “On est arrivé à l’idée que les gens n’aiment pas payer pour un service quand ils ne sont pas dans le pays: un abonnement mensuel, ou un forfait mensuel ne convenait donc pas”.

Après de longues études avec SFR, Patrick Gentemann trouve donc une formule sans abonnement. On achète une carte SIM “à vie” (pour 29 dollars payés une fois pour toute au moment de l’abonnement). Ensuite, seules les consommations sont facturées, à prix très nettement inférieur aux autres formules (voir tableau): les appels passés en France sont à  $ 0.39 la mn (contre $1,29 pour ATT et Verizon and roaming; et $0,77 pour les prépayés français). Seule contrepartie pour maintenir la ligne active: qu’il y ait au moins 60 dollars de communication par an sur la ligne, ce qui ne représente qu’un peu plus de deux heures d’appel.

Muni de cette offre “très simple et qui convainc tout de suite”, il espère conquérir enfin les Français des Etats-Unis. “Pour l’instant, les Américains répondent mieux que les Français, qui semblent moins s’intéresser au montant de leur facture”. Finalement, le bouche à oreille s’installe, “tous nos clients deviennent prescripteurs”. Mais les ambitions de Call in Europe vont bien au-delà de l’hexagone: à partir de janvier, Call in Europe offrira également un service en Italie; l’Allemagne suivra et probablement un jour Call in America…

Call in Europe en 4 questions:
-Puis-je garder mon numéro français si j’en ai un? Oui Call in Europe assure la portabilité du numéro.
-Ai-je besoin d’un appareil spécifique? Vous pouvez en avoir un si vous le souhaitez pour $19, mais si vous avez un tribande (à condition qu’il ait été “débloqué”) vous pouvez aussi l’utiliser en France en insérant simplement votre nouvelle carte SIM.
-Dois-je prépayer mes factures? Non. Vos communications sont facturées à la fin de chaque mois et vous n’avez pas à recharger.
-Est-ce que ça marche avec mon Blackberry (ou PDA)? Oui. Call in Europe a une vraie solution pour tous.

Plus d’informations sur le site de Call in Europe