Comment le Texas attire les vacanciers français

C’est un immeuble bourgeois du neuvième arrondissement de Paris comme il y en a tant d’autres. Sauf qu’au numéro onze de la rue Blanche se trouve le siège de l’agence française d’Interface Tourism, les représentants du Texas en France. C’est donc dans ces élégants bureaux que s’élabore la stratégie de promotion de la destination en direction des professionnels du tourisme et des médias. « Pour d’autres clients, nous ciblons aussi sur le grand public, par le biais de campagnes marketing. Mais le contrat qui nous unit à la division du tourisme de l’Etat jusqu’en 2014 ne prévoit pas de telles prestations, car rien que par le bouche à oreille et une présence régulière dans les médias, le nombre de touristes français au Texas augmente tous les ans », avance Guillaume Fétaud, le responsable du dossier au sein de l’entreprise.

En 2010, il était à peu près de 60 000, un chiffre qui semble modeste en comparaison des presque sept millions et demi de visiteurs étrangers du Texas (à 85 % mexicains). Mais qui est en hausse de 22 % par rapport à 2009 et représente plus d’un cinquième des visiteurs européens. « Les Allemands sont toujours les plus nombreux, mais ils se rendent moins souvent au Texas, tandis que les pourcentages de progression des Français atterrissant à Austin et San Antonio atteignent respectivement 13 et 14 % », souligne Guillaume Fétaud.

Au-delà des cowboys

Le responsable de la promotion du Texas en France reconnaît qu’il reste beaucoup à faire pour faire connaître la diversité de l’Etat dans l’Hexagone. « Beaucoup ignorent par exemple la qualité des plages texanes, car le Texas évoque avant tout des images de cowboys ». Et même si certains voyagistes organisent des séjours de deux à trois semaines dans l’Etat, la plupart des tour-opérateurs français emmènent leurs clients au Texas après leur avoir fait découvrir la Louisiane, et pour quelques jours seulement.

Alors pour « mieux vendre » le Texas aux Français, Interface Tourism a organisé un nouvel évènement Texas à destination des journalistes et des professionnels du tourisme le 5 mars. « Le premier, il y a deux ans, n’avait duré que le temps d’une soirée, indique Guillaume Fétaud. Cette fois, nous avons orchestré des échanges entre tours opérateurs et compagnies aériennes d’une part, Travel Texas et ses partenaires locaux* d’autre part, tout au long de la journée, qui comprenait également une conférence de presse. C’est ainsi que nous déterminons sur quoi mettre l’accent dans les mois à venir ».

« Un travail de longue haleine »

Soirée Texas organisée par Interface Tourism le 08 03 10
Quand les acteurs du tourisme français au Texas se réunissent pour évoquer la destination, ils se mettent dans l’ambiance. Photo : Interface Tourism.

Le chargé de promotion projette un voyage de presse dans une partie du Texas que les Français n’ont pas l’habitude de visiter. Mais Huntsville, son musée de la prison  et son mémorial au grand homme de l’Etat, Sam Houston, dans l’Est du Texas, serait peut-être trop original. Alors ce sera sans doute la côte du golfe du Mexique et son exceptionnelle Padre island, le plus long banc de sable au monde. Au cours d’un second séjour « éductour », il s’agira de former les professionnels du tourisme au Texas. Ensuite, Guillaume Fétaud envisage une soirée de lancement de la seconde édition du guide Petit Fûté sur l’Etat.

Ces rendez-vous réguliers sont nécessaires pour que le Texas reste à l’esprit des journalistes comme des tours opérateurs, qui canalisent la plupart des visiteurs français de l’Etat. « La destination a des fans qui sont d’excellents vecteurs de communication, relève le représentant du Texas en France. Mais combattre les idées reçues, comme nous l’avons fait par exemple avec le magazine Têtu, en montrant que l’Etat est très tolérant vis-à-vis des homosexuels, et faire venir de nouveaux visiteurs au Texas, c’est un travail de longue haleine ».