Daniel Brondel: un Français derrière l’orgue de Saint-Patrick à New York

“Lorsque j’ai vu les flammes ravager Notre-Dame de Paris, j’ai ressenti de l’effroi et une musique triste et nostalgique m’est venue en tête, “Adagio for strings” de Samuel Barber”. Un titre classique que Daniel Brondel jouera vendredi 26 avril dans la cathédrale de Saint-Patrick à New York, lors d’un concert en hommage à Notre-Dame de Paris prévu à 7pm et organisé par les services culturels de l’Ambassade de France.

Organiste et directeur adjoint de la chorale de Saint-Patrick, le Français de 48 ans a commencé le piano très jeune. “A l’époque, je ne connaissais l’orgue qu’en tant qu’instrument liturgique. Je ne savais rien de son aspect musical”. A tout juste 18 ans, il quitte la France et le Lot-et-Garonne pour poursuivre ses études à Atlanta. Là-bas, il prend des cours d’orgue et tombe amoureux de cet instrument si imposant et complexe. “Il faut une excellente coordination pour jouer de l’orgue. Ça ressemble à un cockpit d’avion avec plusieurs claviers et un pédalier qui peut aller jusqu’à 32 notes”.

Alors qu’il est encore en bachelor en 1993, Daniel Brondel obtient son premier poste d’organiste dans une église méthodiste d’Atlanta. “Je me suis dit à ce moment là que c’était une carrière qui pourrait me plaire”, se rappelle-t-il. Le Français enchaîne par un master’s degree à la Eastman School of Music de Rochester, dans le nord de New York. Il joue également dans une église de la ville et en devient même le chef de cœur, prenant en charge la programmation annuelle de la musique de l’église. “Je bossais comme un fou pour progresser et espérer décrocher un poste plus important un jour”.

Un premier rêve réalisé en 2004 puisque Daniel Brondel devient l’organiste de l’église St. Malachy’s à New York, surnommée “l’église des acteurs” pour avoir compté de nombreuses célébrités parmi ses fidèles dans les année 1920. “J’ai travaillé quatre ans là-bas, où j’ai construit le programme de musique à partir de zéro”. Quatre ans plus tard, le Français apprend que la cathédrale Saint-Patrick recherche un directeur adjoint de la musique et postule. “Le processus de recrutement a été long et difficile. Au delà de ma lettre de motivation, j’ai dû passer plusieurs auditions. On m’a demandé d’improviser un morceau, de composer pour un psaume et même de diriger les chœurs de la cathédrale”. Il est finalement choisi pour le poste devant “plus de 100 candidats”.

A la cathédrale de Saint-Patrick, Daniel Brondel est en charge de la moitié des messes quotidiennes et planifie la musique pour les jours de la semaine. Il joue aussi pour des mariages, s’occupe du recrutement et organise une série d’une trentaine de concerts dominicaux par an.

Le Français a été contacté par les services culturels de l’Ambassade de France pour préparer la musique du concert exceptionnel prévu vendredi 26 avril à Saint-Patrick. “C’est très dur de savoir quoi programmer pour un évènement si émotionnel et tragique. “Adagio for strings” de Samuel Barber sera le seul morceau américain du concert. J’ai également choisi trois oeuvres de Louis Vierne, un compositeur français génial qui a joué plus de 1700 concerts à Notre-Dame dans sa vie. Il y aura également “prière à Notre-Dame” de Léon Boëllmann, et pour le symbole et la résilience, je jouerai aussi un morceau de Louis Couperin, qui fut organiste à la cathédrale de Reims. Le monument a également été détruit par le feu pendant la Première Guerre mondiale, mais a été reconstruit depuis”.