Dans les coulisses du Waldorf-Astoria

En ce début d’année, je vous propose une balade insolite, culturelle et gourmande dans un des fleurons de l’art déco new-yorkais : Le Waldorf=Astoria

L’hôtel propose en effet une visite peu connue du grand public. Le guide vous entraînera dans les méandres de couloirs et des salles mythiques qui ont fait sa réputation. Confortablement installé dans les canapés d’une suite ouverte pour vous, vous écouterez mille et une anecdotes sur les grands noms de la politique et du show business qui y ont séjourné quelques nuits ou quelques années ainsi que les bisbilles familiales qui ont jalonné sa construction.

Le Waldorf=Astoria, 47 étages sur Park Avenue, est en fait le deuxième du nom. En 1893, William Waldorf Astor, pour faire enrager sa tante et voisine Caroline Astor, rase sa maison à l’angle de la 5ème avenue et la 33ème rue. Il y fait construire le Waldorf Hotel, le plus grand de l’époque avec ses 13 étages. En 1897, et en guise de riposte, Caroline Astor autorise la destruction de sa demeure mitoyenne, à l’intersection de la 5ème et de la 34ème rue, et engage l’architecte du Waldorf afin de faire construire, en lieu et place, l’Astoria Hotel. Le bâtiment est plus grand, avec 16 étages. Les querelles familiales apaisées, les deux hôtels sont réunis pour former le Waldorf=Astoria. Celui-ci sera racheté et démoli en 1929 afin de laisser la place à un autre monument: l’Empire State building.

Véritable musée vivant de l’Art Déco, l’hôtel est reconnu comme l’un des meilleurs exemples du genre. Difficile d’imaginer que, dans un objectif de modernisation, certaines des richesses qu’il renferme ont failli disparaître. Ainsi, « The Wheel of life », le superbe parterre de mosaïque (148.000 pièces) qui se situe dans le lobby de Park Avenue, a été recouvert de moquette pendant si longtemps qu’on en avait même oublié l’existence. Heureusement, sa redécouverte, par hasard, à la suite d’une inondation dans le hall d’entrée, entraîna la réhabilitation complète du décor historique du lobby dans les années 80.

Au cours de la visite, fermez les yeux et vous entendrez swinguer le Steinway de Cole Porter qui résida au Waldorf près de 30 ans. Vous assisterez aux fiançailles de Grace Kelly qui durèrent trois jours ou danserez toute la nuit dans la Starlight room dont le toit rétractable permettait autrefois de faire la fête sous les étoiles (désormais condamné par le système d’air conditionné). « The grand ballroom » et son plafond qui s’élève à plus de 13 mètres de haut ont quant à eux vu se produire les plus grands, de Sinatra à Diana Ross en passant par…Line Renaud ou Maurice Chevalier qui dû effectuer un de ses tours de chant a capella à la suite d’une grève de ses musiciens !

La visite s’achève par un passage dans l’envers du décor, à travers les cuisines qui desservent les quatre restaurants de l’établissement et le room service, premier du genre à avoir été ouvert 24h/24h. Un détour idéal pour se mettre en condition et profiter du copieux déjeuner inclus dans la visite et découvrir certains plats inventés ici et devenus célèbres tels que la Waldorf Salad créée par le fameux maître d’hôtel Oscar Tschirky, ou le Red Velvet Cake. Pas de surprise au menu donc mais du bon “classique” américain et une excellente façon de terminer en douceur ce voyage à travers le temps, bien au chaud dans le lustre et les velours du siècle dernier.

Infos pratiques :

Tous les jeudis et samedis matin à 10h15, déjeuner inclus (entrée, plat, dessert, café) au restaurant Peacock Alley ou Oscar selon les jours – $50 par personne (inc taxes et gratuity). Réservation au (212) 872-1275.

Retrouvez Sophie Wadoux et l’équipe de « Diner en ville » :

Website: http://dinerville.canalblog.com
Blog: http://tumangesquoi.canalblog.com