Choc des civilisations au Met

La vigne symbole islamique, la bible en arabe, un sol de synagogue tunisienne qui ressemble à s’y méprendre à un sol d’église…l’exposition «Byzantium and Islam : Age of Transition» bouscule les idées reçues. C’est au travers de plus de 300 objets d’art et d’artisanat que  le Metropolitan Museum (Met) retrace le basculement des provinces sud de l’Empire chrétien byzantin dans le monde islamique au cours du VIIe siècle. L’occasion de mieux connaître l’histoire d’une région qui, de la Syrie à l’Afrique du Nord en passant par l’Egypte, est aujourd’hui secouée par une vague de contestations révolutionnaires.

Bien que le christiannisme orthodoxe soit la religion officielle de l’empire byzantin, communautés juives et chrétiennes cohabitent sur ses territoires au VIIe siècle. Les fidèles viennent d’aussi loin que le Yémen ou la Scandinavie pour visiter des lieux de pèlerinage comme Jérusalem ou encore le Monastère Rouge en Egypte, somptueuse basilique copte dont le Met montre la récente restauration en vidéo. Au même moment l’Islam venu de la Mecque et de la Medina gagne la Méditerranée. Bientôt, le pouvoir est transféré de Constantinople aux dynasties musulmanes qui poursuivent la tradition décorative de la région dans leurs propres palais et sites religieux.

Un dialogue

« Un art exceptionnel était produit au VIIe siècle dans la région orientale de la Méditerranée, lorsque celle-ci faisait partie de l’état byzantin, et un art de la même qualité s’est développé  lors des siècles suivants sous la gouvernance islamique », explique l’organisatrice Helen C. Evans. « Le dialogue établi entre la culture et le style byzantins et la culture et le style islamiques, thème central de l’exposition, est démontré à travers des œuvres en rapport avec l’autorité, la religion et le commerce. »

L’exposition se concentre d’abord sur les caractéristiques séculaires et religieuses des provinces sud de l’état byzantin dans la première moitié du VIIe siècle, puis sur la continuité du  commerce, et enfin sur l’émergence des arts islamiques dans la région. Cette chronologie permet au visiteur d’identifier, d’une civilisation à l’autre, une reprise et un renouvellement des motifs décoratifs, tels que les animaux ou encore la vigne. Cet emblème chrétien devient en effet un motif populaire de l’art décoratif islamique, en tant que symbole d’abondance et de plénitude.

Infos pratiques : 

«Byzantium and Islam : Age of Transition», du 14 mars au 8 juillet au Metropolitan Museum, 1000 Fifth Avenue – www.metmuseum.org