Des bureaux de vote à Houston, Dallas et Austin

Le premier tour de l’élection présidentielle française aura lieu, pour les Français d’Amérique, le samedi 21 avril, et tous les ressortissants de l’Hexagone n’ont pas encore reçu leur lettre de convocation. Cela ne les empêchera pas de voter, mais encore faut-il connaître l’adresse du bureau de vote ! A tous ceux qui s’inquiètent de la distance qu’ils auront à parcourir pour voter, étant donné que le vote à distance n’est possible que pour les élections législatives, le consulat général de France à Houston indique que des bureaux de vote seront ouverts de 8 h à 18 h à Houston (au sein du consulat général de France, 777 Post Oak blvd, 6e étage), mais aussi Dallas (Dallas International School, 6039 Churchill Way) et Austin (Austin International School, 12001 Oak Knoll Drive), où se trouvent les trois principales communautés francophones de l’Etat.

Pour les autres, il reste le vote par procuration. La procédure pour en établir une est détaillée dans l’article sur les modalités de l’élection présidentielle publié dans la séquence Elections 2012 de French Morning, qui regroupe les actualités états-uniennes de la campagne présidentielle et rend compte de la campagne législative en Amérique du Nord. Puisque les Français de l’étranger sont appelés à élire leurs représentants à l’Assemblée nationale pour la première fois, le portail Elections 2012 est surtout centré sur les élections législatives des 2 et 16 juin prochains (signalons notamment l’article sur les modalités de l’élection législative qui rappelle que les électeurs ont jusqu’au 7 mai pour s’inscrire au vote par internet ).

Hors de Houston, où se trouve le consulat, ou de Dallas et Austin, où le vice-consul assure une permanence, il peut toutefois être compliqué de faire établir une procuration. En fait, « certains Francais d’El Paso ne font même pas refaire leur carte nationale d’identité (démarche pour laquelle il faut compter deux allers-retours à Houston), ni leur passeport (même si cela ne nécessite qu’un aller-retour), car ils estiment que cela leur revient trop cher et que c’est trop compliqué », témoigne François Avenas, qui vit dans la cité frontalière et lorgne sur le bureau d’Albuquerque, au Nouveau-Mexique, situé à « seulement » quatre heures de route, contre plus de onze pour Houston ou près de neuf pour Austin. Problème : « nous ne faisons pas partie de la circonscription de Los Angeles » qui gère ce bureau, signale François Avenas, « un peu dégoûté » par ce qu’il décrit comme « une sorte d’arnaque ».