Eataly débarque à New York

Imaginez la chocolaterie de Willy Wonka, version italienne : 4600m2 de paradis culinaire avec pizza, pasta, gelato…Le tout dans le Toy Building, un bâtiment historique face au Flatiron building qui fut une fabrique de jouets. Le projet herculéen a excité les papilles du maire de New York Michael Bloomberg. Il l’a soutenu depuis sa genèse et coupera le ruban mardi à 11 heures, avant l’ouverture au public à 16h.

Ce “Bloomingdale’s” de la cuisine italienne, comme certains le surnomment, est en fait une réplique d’Eataly à Turin ouvert il y a deux ans. Il est le fruit d’une collaboration entre le chef Mario Batali, Lidia Bastianich, la “Julia Child” italienne et son fils Joe Bastianich (actuellement juge dans “Master Chef” américain aux côtés de Gordon Ramsay). Les compères comptent déjà Del Posto, le restaurant étoilé près de Chelsea market à leur actif ainsi qu’une dizaine de restaurants. Ils se sont associés à Oscar Farinetti, le propriétaire d’Eataly à Turin et ont investi environ 20 millions de dollars.

Eataly ne compte pas moins de sept restaurants (Manzo (viande), Il Pesce (poisson), La Pasta, La Pizza, I Salumi e I Formaggi, Il Crudo, etc.),  avec un total de 450 places assises et 400 employés. A partir d’octobre, il y aura aussi une Birreria (beer garden) sur le toit surplombant le Madison Square Park. Certains Cassandres disent que c’est trop grand compte tenu de la situation économique. “J’espère qu’ils ont tort”, répond simplement Joe Bastianich. Il table sur un chiffre d’affaires entre 40 et 60 millions pour la première année d’activités.

Eataly fait aussi office de centre italien avec sa librairie spécialisée en partenariat avec l’éditeur Rizzoli, son école de cuisine, des stands Alessi et Kartell pour les inconditionnels du design italien, et même une agence de voyage… Sans oublier une citation de Sophia Loren aux murs : “Tout ce que vous voyez, je le dois aux spaghetti”. A méditer…

Trois questions à Joe Bastianich autour d’une pizza margherita “made in Eataly”:

Qu’est-ce qu’il vous reste à faire avant l’ouverture?Nous allons faire la fête ici tous les soirs jusqu’à l’ouverture. Ensuite nous ouvrons. Et puis on ira se reposer.

Un de vos “péchés mignons” qu’on pourra trouver à Eataly? Le chocolat Venchi.

A quand une version française d’Eataly (“Gallistronomie”?)? Ce n’est pas à moi de le faire. Demandez à Jean-Georges [Vongerichten] ou Daniel [Boulud].

Et aussi : les meilleurs restaurants italiens de New York, LIRE ICI