Edouard Courtial attendu au tournant aux US

Déplacement aux allures de tentative de normalisation pour Edouard Courtial. Le nouveau secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, co-signataire avant son entrée en fonction d’une proposition de loi visant à déchoir de leur nationalité tout Français non-imposé en France, est aujourd’hui en tournée américaine. Au programme: rencontres et visites avec la communauté française de plusieurs grandes villes américaines.

Après Washington (14 novembre) et Boston (15 novembre), Mr Courtial se rendra à New York les 16 et 17 novembre où il rencontrera « la communauté d’affaires (conseil d’administration de la Chambre de commerce et Conseillers du Commerce extérieur) » précise un communiqué du Quai d’Orsay. Il se rendra ensuite au Lycée français de New York, à la New York French American Charter School à Harlem, ainsi qu’à la Maison française de Columbia où il s’entretiendra avec les étudiants. Il aura également une réunion de travail avec des élus de l’AFE (Assemblée des Français de l’étranger) et des responsables associatifs. Plusieurs rencontres et visites sont aussi programmées à Houston et la Nouvelle-Orléans les 18 et 19 novembre.

“Donnons-lui sa chance”

Mr Courtial est attendu au tournant. Sitôt entré en fonction, il avait été forcé de s’excuser pour son soutien à une proposition de loi prévoyant la révocation de la nationalité pour tout Français ne payant pas d’impôts en France. Si son nom avait été retiré du texte en vertu de l’article 84 du règlement de l’Assemblée nationale, le jeune député de l’Oise n’avait pas échappé à la colère des représentants des Français de l’étranger. « Le secrétaire d’Etat que je suis désormais regrette que le député que j’étais ait signé cette proposition de loi » avait-il du déclarer dans un discours le 4 octobre dernier lors de la 15ème session plénière de l’AFE. Ce proche de Nicolas Sarkozy aura également à cœur de faire mentir les détracteurs de son poste, qui voient dans son secrétariat le bras électoral de l’UMP à l’étranger.

« Donnons-lui ses chances. Pas la peine de le récriminer ad vitam aeternam, concède Richard Ortoli, élu centriste à l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) pour la circonscription de Washington, qui comprend New York, Washington et Miami. Il est là, autant travailler avec lui ». Corinne Narassiguin, candidate socialiste au futur poste de député des Français de l’étranger pour l’Amérique du Nord, n’a pas retourné nos appels à commentaires.