En oubliant Gordon

Chers lecteurs, désolée pour ce retard. J’ai eu un sérieux problème cette semaine pour ma chronique. Je ne me souvenais plus de ce dont j’avais prévu de parler. Ça m’a pris 3 jours pour m’en souvenir. C’est en lisant un papier dans New York Magazine que ça m’est revenu à l’esprit. Ahh, oui, je dois faire la critique du restaurant Gordon Ramsay. Vous savez, le nouveau restaurant, le premier à New York, du chef anglais réputé pour ses excellents restaus londoniens et ses légendaires coups de gueules. Il jure mieux qu’une harengère sur le port de Marseille, notre Gordon ! (C’est lui qui a inauguré le reality-tv show Hell’s Kitchen au cours duquel il insultait copieusement tous les participants)
Alors, pour servir mes lectrices chéries, j’ai fait une réservation, j’ai dû attendre 2 mois pour avoir une table. Je suis allée dîner, et puis, c’est très simple, j’ai tout oublié.

Non pas qu’il se soit passé des choses fantastiques et extraordinaires dans ma vie, non, j’ai tout simplement oublié l’expérience, le décor, le service, les vins, la bouffe. Rien ne m’a marquée.
J’ai relu mes notes, et même là, j’ai eu du mal à me souvenir. Ah, si des langoustines, servies avec trois petits morceaux de poulet, insipides, le poulet trop cuit, et puis, qui a envie de manger du poulet quand on a commandé des langoustines. Je ne me souviens plus du plat principal, et je devais tellement m’ennuyer que je ne l’ai même pas noté. Le dessert, le soufflé à l’abricot était presque mémorable. Je me souviens simplement que le dîner n’était pas désagréable.

Le vin était pas mal, et le champagne plutôt bon. La déco de la salle de restaurant sans fenêtre, située tout au fond, derrière d’épaisses doubles portes est terne, beige, feutrée, dans le genre blafard.
Tout autour, des tables occupées par des business people en célébration boursière, des Japonais perdus et des couples baillant poliment. Mêmes les clients avaient l’air chiants. Rien n’était mauvais, le service était bon, la sélection de pain comme il faut, « madam, tonight, we have ciabatta rolls, baguette or 7 grains organic, blah blah » Bref, tout ce qu’il faut pour un établissement de ce genre y était. Le porc venait du Berkshire, les épinards organics de New Jersey, et les œufs ont été pondus par des poules heureuses qui ont couru sur leurs deux petites pattes et qui ont gratté le sol pour y dénicher des vers (c’est ça la signification de organic eggs). Tout était insipide.

Je ne sais pas quel est l’équivalent culinaire de F–k you, mais il faudrait que Gordon Ramsay épice sa cuisine autant qu’il épice son langage.