Eva Longoria, amoureuse de la France

Il existe des rumeurs qui disent que vous songez à vivre en France, comme d’autres stars hollywoodiennes d’ailleurs, est-ce exact ?
Oui, nous allons sans doute s’y installer quand Tony aura fini sa carrière ici. Il a joué dans l’équipe d’Asvel, à Lyon. On s’installera donc sûrement dans cette region. J’adore la France. A vrai dire, je suis tombée amoureuse du pays avant même de rencontrer mon mari ! Je veux que mes enfants parlent le francais et l’espagnol.

Parlez-vous vous-même français ?

Un petit peu (en francais, ndlr)…


Y a-t-il un lien entre votre amour pour ce pays et celui pour la cuisine ?

Oui, j’ai créé deux restaurants, l’un à Hollywood, l’autre à Las Vegas, car j’adore cuisiner, j’adore manger, cela va ensemble. Ouvrir un restaurant était comme une extension de ma cuisine et de ma salle à manger. Je cuisine tous les jours pour ma famille, mes amis… Donc pourquoi ne pas amener mes recettes à un plus large niveau ? Je fais de la cuisine mexicaine et internationale, car depuis que je vis avec Tony, j’ai appris l’art des sauces à la francaise.

Votre famille a elle-meme immigré, du Mexique vers les Etats-Unis. A quand cela remonte-t-il ?
C’était en 1610. On est la 11ème generation. Mais il reste une forte influence de la culture mexicaine chez moi.

Vous avez recemment repris des études universitaires sur les latinos, pourquoi ?

Parce que je suis une avocate de la cause des latinos, des droits civiques. Je me posais beaucoup de questions sur la persistance des injustices. La seule facon de comprendre cela, et pour savoir où aller, est de savoir d’où l’on vient, en tant que communauté. Je voulais en savoir davantage sur l’histoire des Latinos en Amérique.

Qu’y apprenez-vous exactement ?
Vous savez, l’histoire des chicanos est essentiellement celle de la lutte mexicano-américaine, de la civilisation précolombienne à l’ère moderne. Donc cela couvre toute la période des Toltèques et des Aztèques et à celles  de la première et de la seconde guerre mondiale, de la guerre du Vietnam, de la guerre de Corée, de l’Alena (Accord de libre echange nord americain, ndlr) et evidemment la question de l’immigration contemporaine.
Quelle est votre opinion sur cette loi controversée visant les immigrés, votée en Arizona et applicable dès cet été, qui incite les autorités à faire des contrôles d’identité au faciès ?
J’y suis tout à fait opposée. Son seul intérêt est de remettre la question à l’ordre du jour.  Mais cela va cibler de nombreux Américains d’origine mexicaine, des gens comme mon père qui ont la peau marron mais vivent là depuis des générations ! Cela va créer une sorte de chasse basée sur la race, la couleur de peau. Quelque chose doit être fait, certes, mais ce n’est pas la bonne solution. Par ailleurs, c’est une question qui doit être reglée au niveau fédéral, au risque de provoquer des migrations inter-Etats : les migrants vont se diriger vers les Etats les plus accueillants, et ceux-ci vont se trouver face à des flux incontrôlables. Et puis l’Arizona, c’était jadis le Mexique. Ce n’est pas les gens qui ont traversé la frontière mais la frontière qui les a traversés.
Dans vos films en cours de production, vous jouez justement des personnages de latina, loin de la femme inactive et insatisfaite que vous incarnez dans Desperate Housewives, pouvez-vous en parler ?
L’un s’appelle Cristiada, c’est un film sur les cristeros, un mouvement de rébellion des catholiques contre le gouvernement anti-clérical pendant les années 1920 au Mexique. Je joue aux côtés d’Andy Garcia, son épouse. En ce moment, je poursuis avec un film intitulé A Town Without Men, tiré d’un livre colombien et réalisé par l’Argentine Gabriela Tagliavini. J’incarne la maire d’une ville fictive d’Amerique du sud, où les hommes sont partis à la guerre. Ce film s’intéresse à la vie des femmes et la façon dont elles se sont organisées pour vivre sans les hommes. C’est une « dramédie » noire.

Vous êtes aussi productrice executive de Harvest, un documentaire sur les travailleurs dans les champs…
Oui, il doit sortir en août normalement. C’est un documentaire sur les enfants que l’Amérique exploite, aujourd’hui, et dont personne ne sait rien. J’ai rencontre Dolores Huerta il y a plusieurs années, la dernière icône vivante en matiere de droits civiques, elle m’a ouvert les yeux sur ce problème. Un quart de la nourriture que nous mangeons aux Etats-Unis est produite par le travail d’un enfant. Il y a beaucoup, beaucoup d’enfants dans les champs… Des jeunes qui vont au lit parfois affamés, alors qu’ils nourrissent la plus riche nation du monde.