Faire boire la tasse (de thé) aux Américains

Le 16 décembre 1773, une soixantaine de révolutionnaires américains jetait par-dessus bord les cargaisons de thé de trois navires anglais. Ils entendaient protester contre le Tea Act, une loi passée par le Parlement britannique autorisant la Compagnie anglaise des Indes orientales à vendre son thé moins cher, au détriment des importateurs américains. Ces patriotes pensaient alors être débarrassés pour de bon de la boisson fétiche de l’ennemi. Pas si vite! Car aujourd’hui, un Français, François-Xavier Delmas, veut la réhabiliter. Et, n’en déplaise aux Américains, il prend sa mission très au sérieux. “Pour moi, le thé, c’est vraiment un état d’esprit”.

Mr. Delmas (ci-dessus dans la province de Darjeeling) est le fondateur de la marque française Le Palais des thés, une enseigne fondée en 1987 qui possède aujourd’hui 26 boutiques dans le monde entier. Le Français est un puriste. Il assure aller lui-même chaque année chercher de nouvelles saveurs dans les pays asiatiques et rencontrer les producteurs. Ne lui parlez pas du gobelet de flotte aromatisée que se trimballent lamentablement les New Yorkais sur le chemin du travail. Pour lui, le thé se déguste comme le vin. “Le moment où l’on boit du thé, c’est une rupture dans notre journée, commente-t-il. D’ailleurs, partout dans le monde, on doit prendre un moment pour s’asseoir pour le savourer. On ne boit jamais le thé debout”

Si François-Xavier Delmas a décidé d’implanter la marque aux Etats-Unis, c’est parce que dans sa boutique du Marais, des Américains lui demandaient chaque semaine d’exporter ses produits aux Etats-Unis.  Mais pour l’instant, les Yankees ont fait de la résistance. En effet, il existe peu de salons de thé de ce côté-ci de l’Atlantique et, pour l’heure, les assauts de notre VRP du thé sont restées sans suite. C’est la troisième fois que le Palais des thés essaie de s’exporter à New York.“On voit bien que le marché n’est pas encore mature: les gens ne s’assoient pas pour boire du thé, ils prennent des grandes tasses au goût infâme à emporter”, commente Aurélie Bessière, présidente de la branche américaine du groupe et nièce de Mr Delmas.

Mais d’après les deux spécialistes, tout cela est peu à peu en train de changer, car les Américains font de plus en plus attention à ce qu’ils consomment, en particulier à New York.“D’ailleurs, les thés qui fonctionnent le mieux aux Etats-Unis sont ceux qui sont censés avoir les meilleurs effets sur la santé” comme le houblon, le thé blanc et le thé vert, soit les thés “bien-être” conseillés par les magazines féminins. “La consommation de thés aux Etats-Unis est plus santé que plaisir”, commente Aurélie Bessière. Résultat : la consommation américaine de thé a augmenté de 7,4% ces vingt dernières années, selon la Tea Association of the USA.

Pour l’instant, la marque commence son opération américaine en douceur. Elle assure déjà l’approvisionnement de quelques établissements new-yorkais comme les hôtels OMNI et la pâtisserie Dominique Ancel. Un projet de boutique dans la Grosse Pomme est à l’étude. “Savourer les thés, c’est une découverte que les Etats-Unis n’ont pas encore faite“, précise François-Xavier Delmas. Heureusement, il est là pour le changer.