10 “méchants” français dans les films américains


Méchant, traître, sadique, flambeur: au cinéma, les Français ne sont pas les grands romantiques qu’ils se targuent d’être. Petit tour des dix des meilleurs méchants français du cinéma (attention spoilers!) Et comme toujours, laissez-nous un commentaire pour nous dire lequel est votre préféré!

1. Marion Cotillard dans “The Dark Knight Rises” (2012, Miranda Tate)
Pendant les trois-quarts du film, elle nous fait croire qu’ elle souhaite sauver Gotham City, tout comme Batman, et puis on finit par se rendre compte de la supercherie à grand renfort de regards un peu trop polis pour être sincères. Nous ne reviendrons pas sur la scène de sa “mort”…

2. Mathieu Amalric dans “Quantum of Solace” (2008, Dominic Greene)
Mathieu Amalric se paie le luxe d’être l’ennemi n°1 de James Bond dans ce 22ème opus des aventures du célèbre agent du MI6. L’acteur français, plus habitué aux rôles de composition, incarne à la perfection Dominic Green, le philanthrope aux actions pas si philanthropiques que cela.

3. Léa Seydoux dans “Protocole Fantôme” (2011, Sabine Moreau)
Sabine Moreau est une tueuse à gages aussi belle que froide et sans pitié. Malheureusement pour elle, elle croisera la route de l’agent Ethan Hunt, qui est plus fort qu’elle à ce jeu-là.

4. Mélanie Laurent dans “Inglourious Basterds” (2009, Shosanna Dreyfus)
Pas vraiment une méchante dans ce film mais une tueuse, c’est clair! Son personnage est animé par une soif de vengeance obsessionnelle. Après tout, on la comprend : sa famille entière a été assassinée par des soldats SS. Elle se met en tête de faire exploser un cinéma remplis de nazis.

5. Vincent Cassel dans “Ocean 12 & 13” (2004 & 2007, François Toulour, « le renard de la nuit »)
Un pro des cascades et des acrobaties, un méchant avec tellement de classe qu’on en oublierait même qu’il travaille pour cette enflure de Terry Benedict, le propriétaire des casinos que la bande de Daniel Ocean essaie de braquer.

6. Olivier Martinez dans “S.W.A.T : unité d’élite” (2003, Alex Montel, un milliardaire qui trempe dans des affaires illégales)
L’acteur français incarne le prisonnier et milliardaire Alex Montel, qui tente d’échapper au SWAT. Sa (belle) tête est mise à prix pour 100 millions de dollars. A cause de lui, l’équipe du SWAT est peu à peu décimée…

olivier martinez

7. Lambert Wilson dans “Matrix Reloaded” et “Matrix Revolutions” (2003, Le Mérovingien)
Lambert Wilson est aussi effrayant que drôle lorsqu’il montre à ses invités qu’il est capable de produire un torrent d’insultes en français sans respirer. Un personnage qui ne fait pas dans la dentelle.

8. Sophie Marceau dans “Le Monde ne Suffit pas” (1999, Elektra King)
Sophie Marceau rentre dans le cercle très privé des James Bond Girl françaises (elles sont huit à avoir eu cet honneur), mais elle est la seule à se révéler si calculatrice. On la pensait gentille lorsqu’elle rencontre le beau James, on la découvre manipulatrice par la suite. Bond doit se méfier des Françaises !

9. Paul Freeman dans “Indiana Jones : les aventuriers de l’arche perdue” (1981, Dr. René Belloq, ennemi d’Indiana)
Paul Freeman est britannique, ce qui a pu le motiver pour jouer Dr René Belloq, un méchant français qui en fait voir de toutes les couleurs à “Indy”,  d’abord en lui volant une précieuse relique (une idole Chachapoyan) puis en tentant de s’en prendre à son amour de longue date, Marion Ravenwood. Il finira tué par des esprits, ce qui est un juste retour des choses.

10. Fernando Rey dans “French Connection” (1971, Alain Charnier le trafiquant)
Le film s’inspire du trafic d’héroïne entre la France et les Etats-Unis dans les années 1960. Alain Charnier est l’homme à la tête de l’organisation criminelle French Connection, un businessman à qui il ne vaut mieux pas se frotter.