French have better sex… scandals

Dans le Los Angeles Times, c’est un Anglais, Theodore Dalrymple qui titre Europe does sex scandals better. En effet, comparé aux scandales britanniques et français, l’affaire de l’ancien gouverneur de New York Eliot Spitzer est décevante.

«The French are more mature about sex, though they are terrible hypocrites about money». Theodore Dalrymple se souvient que «personne ne s’offusqua que François Mitterrand ait deux femmes et une fille illégitime». Plus incroyable encore, souligne l’auteur, personne ne s’effaroucha devant le «passé pétainiste» du président socialiste.

Selon lui, les Français critiquent plus la vulgarité que l’indécence des «singeries» de Nicolas Sarkozy. «Sarkozy n’a pas agi comme un adulte mais comme un adolescent». Le problème de Sarkozy? Répondre à l’injure par l’injure. Le «Casse-toi pauvre con» du président dénote face à la poignée de main accompagnée d’un «et moi je m’appelle Chirac» de son prédécesseur. Bien plus «class» indeed.

La magazine Newsweek agrees «Sarkozy ne sait pas tenir sa langue»

Le président français donne un boulot fou aux caricaturistes. Dépeindre les aventures de Nicolas Sarkozy, « roi du “bling”», «Casanova vantard» n’est pas une mince affaire. «Il ressemble plus à un personnage de bande dessinée genre “Tintin” qu’à un chef d’Etat» déclare le journaliste américain.

Sarkozy est un «micromanager». Son style provocateur semble déteindre sur les conseillés présidentiels. Sous Sarkozy, les conseillés se substituent aux ministres. Selon le journaliste, les émissaires privés seraient moins controversés s’ils étaient plus efficaces. «La question est maintenant de savoir si Sarkozy saura retrouver sa popularité perdue».

Si le “cinéma” du président français est unanimement critiqué, celui de Marion Cotillard fait débat… Après le tollé provoqué par les dires de l’actrice sur une “conspiration du 11 septembre”, le Huffington Post publie un véritable plaidoyer.

Lisa Nesselson rappelle que tout journaliste se doit de replacer les évènements dans leur contexte. «Cotillard n’a en aucun cas voulu déshonorer les victimes du 11 Septembre». Elle a déclaré croire que les autorités cachent souvent la vérité au public, ce qui signifie qu’elle a «au moins une chose en commun avec un tas de gens» commente la journaliste. La Française doute ainsi des circonstances de la mort de Coluche, un accident de moto? Marion Cotillard aurait pu, pour illustrer son propos, mentionner la catastrophe de Chernobyl concède la journaliste.

«De toute manière, pour qui se prend cette gonzesse française prétentieuse pour avoir une opinion sur autre chose que sur combien de fois elle époussetera sa statuette?» ironise la journaliste qui ensuite dresse un élogieux tableau de la carrière de Marion Cotillard.

Contrairement à ce que certains «journalistes trop zélés» ont pu dire, «Marion Cotillard n’est pas allée trop loin et n’a pas ruiné sa carrière». Comme s’il s’agissait d’un scandale de dopage, la journaliste raconte qu’un reporteur a demandé à l’Académie si l’Oscar allé lui être retiré. «Marion Cotillard a-t-elle sous entendu que les terroristes avaient raison ou que les Américains méritaient de mourir? Rien de tel».

Lisa Nesselson rappelle que c’est Le Monde qui le 12 septembre 2001 titrait Nous sommes tous Americains et conseille à ses compatriotes de retenir leurs ardeurs lorsque l’on parle à tort de leur pays. Ainsi, peut-être mériteront-ils un jour à nouveau «cette incroyable solidarité».
–p–
Après que «Marion Cotillard won the Oscar» et «Carla Bruni won the president of France», la journaliste “gossip” du New York Post, Liz Smith croyait en avoir fini avec les Françaises. Mais l’ancienne PDG de Veuve Clicquot USA, Mireille Guiliano, décrite comme l’un des «worst boss» new yorkais par le site Gawker.com fait du bruit en changeant de maison d’édition. L’auteur des best-sellers French Women Don’t Get Fat et French Women for All Seasons quitte Knopf publishers pour Atria Books. Son prochain livre traitera de réussite professionnelle, peut-être sera-t-il intitulé French Women Do Get Rich commente la journaliste qui titre son papier Vive la France!.