“Gardez un peu de temps libre au cas où Laurent Blanc vous appelle pour remplacer l’équipe de France”

La Coupe du Monde est terminée mais l’équipe de France continue d’exciter la curiosité des médias américains. Dans un article du Los Angeles Time, Melissa Rohlin raconte la décision prise par Laurent Blanc de suspendre les 23 joueurs de l’équipe pour le match amical contre la Norvège la semaine prochaine. La raison, “les punir de leur grève” pendant la Coupe du Monde en Afrique du Sud, explique la journaliste. Glen Levy, de Time Magazine, adopte un ton plus ironique. Le journaliste se moque: “si vous lisez ce journal et que vous êtes Français, il serait utile de garder un peu de temps libre dans votre agenda parce que Mr Blanc pourrait vous appeler pour savoir si vous avez envie d’une petite partie“. Il ajoute “apportez vos baskets, n’insultez pas vos entraîneurs et rappelez vous les paroles du plus grand hymne du monde (si vous ne pouvez pas gérer les trois, Laurent Blanc sera arrangeant), et vous pourrez entreprendre une nouvelle carrière. Bonne chance”.

Après le football, le vélo. Cette année encore, c’est l’Espagnol Alberto Contador qui a remporté le Tour de France. Juliet Macur du New York Times raconte qu’ “après 3 semaines et plus de 2.200 miles sur son vélo, il peut enfin souffler”. Une fois de plus, Contador a été en mesure de battre Andy Schleck, pourtant favori du public. “Sur le podium, au milieu des Champs Elysées, ils sont côte à côte, amis dans la vie, mais peu cléments l’un envers l’autre sur les routes du Tour” raconte la journaliste du New York Times. Le grand absent est peut être Lance Amstrong, “qui a fini 23e avec près de 40 minutes de retard sur Contador” précise Juliet Macur. Elle revient notamment sur les accusations de dopage qui planaient sur le cycliste américain.”Il a dit à la télévision française qu’il voulait préserver sa vie privée après le Tour, un retour à cette course l’année prochaine semble donc exclu” conclut l’article du New York Times.

Les Français se font leur place sur le marché des effets spéciaux, c’est ce que révèle un article du New York Times. Selon Eric Pfanner, Hollywood ferait de plus en plus appel aux studios d’animation français pour la réalisation de leurs effets spéciaux. La société française Mac Guff a par exemple participé à “Despicable Me”, film d’animation en 3D produit par une filière d’Universal. “Véritable coup de pouce pour l’industrie de l’audiovisuel français, (…) Mac Guff cherche à refaire des affaires avec Hollywood” raconte le journaliste. De l’autre côté de la Manche, on a bien compris depuis longtemps qu’il y avait quelque chose à faire avec les Américains. “Des compagnies anglaises comme Negative et Framestore ont déniché une niche lucrative en proposant des forfaits pour les studios Hollywoodiens” explique Eric Pfanner, “ce qui a limité ensuite les opportunités pour les entreprises françaises”. Jusque là freinées par le coût élevé des taxes françaises, la baisse de l’euro et une réduction d’impôts visant à attirer les réalisateurs étrangers en France ont finalement joué en la faveur des studios d’effets spéciaux français. Avantage de taille pour Hollywood, les Français ont l’habitude de devoir réduire les coûts de production et là où il faut un Français, il faut trois Américains pour le même travail. Ainsi ““Despicable Me” a coûté 70 millions de dollars là où Toy Story 3 ou Shrek 4 a couté deux fois plus cher” explique l’article du New York Times. Dernière incitation à travailler avec Hollywood “lorsque vous travaillez avec les Américains, quand ils passent une commande, ils vous paient. Lorsque vous travaillez avec les Français, quand ils passent une commande, ils ne vous paient pas”.

On aura tout vu! Des bonnes soeurs françaises dans le même label que Lady Gaga et Eminem. Dans un article de l’Examiner, Jane Lasky raconte que le label de musique Decca Records qui a produit les albums des Rolling Stones, U2, Lady Gaga ou encore Eminem, a signé un contrat avec une chorale de religieuses bénédictines françaises. Decca Records a trouvé ce nouveau groupe près d’Avignon dans le Sud de la France. Pratiquant le chant grégorien, ces religieuses de l’Abbaye de Notre Dame de l’Annonciation “ont été dénichées après plus de 70 couvents visités aux Etats Unis, Afrique et Europe” explique Jane Lasky. Pour la journaliste de l’Examiner, “une chose est sûre, peu importe le succès de leur album prévu courant novembre, les soeurs d’Avignon devraient faire parler d’elles”.