Greeter: découvrir New York avec des New-Yorkais

“Voir New York à travers les yeux d’un New-Yorkais”: c’est ainsi que se décrit l’organisation Big Apple Greeters, qui propose des visites guidées gratuites avec des “vrais” New-Yorkais. Les Greeters ont grandi dans la grande pomme, y habitent et connaissent les moindres recoins de leurs quartiers préférés. Ils vous raconteront l’histoire de chaque pierre (ou presque). La majorité du temps, vous pourrez trouver un guide qui parle votre langue. Les visites sont longues (minimum 4h) et doivent être demandées environ un mois avant votre voyage à New York. French Morning a testé pour vous une visite avec un Greeter francophone, Peter Hochstein.

10h: rendez-vous à Greenwich Village, le quartier préféré de Peter Hochstein. Les visiteurs peuvent indiquer sur le site internet Greeter les lieux qu’ils désirent visiter, et leur guide est désigné en fonction. Car les Greeters ne font visiter que les quartiers qu’ils connaissent sur le bout des doigts. Greenwich village, Peter Hochstein y a habité quand il était étudiant. “J’avais une chambre miniscule, mais j’en garde un souvenir fantastique” raconte-t-il. Peter Hochstein a 72 ans, il est journaliste et publicitaire free-lance et aime partager ses connaissances sur New York avec les touristes intéressés. “En plus, cela me permet de pratiquer mon français et de rencontrer toutes sortes de gens”, sourit-il.

Début de la balade: direction Washington Square. “Peu de gens le savent, mais ce parc était autrefois un cimetière réservé aux plus démunis”, raconte Peter Hochstein. En 1833, lorsque Greenwich Village commence à devenir un quartier d’habitation à la mode, de riches New-Yorkais rachètent le cimetière et le rasent pour le transformer en parc. “Washington Square a récemment redécouvert son histoire, s’amuse Peter Hochstein: des fouilles dans le jardin ont exhumé… des squelettes!”.

Une visite riche en détails historiques

Les visites avec un Greeter permettent non seulement de découvrir la ville, mais aussi d’apprendre son histoire. Peter Hochstein est une mine d’anecdotes. Il s’arrête devant un immeuble gris, situé à côté de NYU: “ce bâtiment fait partie intégrante de l’histoire de New York”, explique-t-il. En 1911, un incendie se déclare dans ce building alors que de nombreuses ouvrières y travaillent dans des conditions épouvantables. Elles tentent de s’enfuir, mais les portes sont fermées à clé de l’extérieur. 146 jeunes filles périront, la plupart en se jettant par la fenêtre. Cet accident marquera le New York de l’époque et permettra d’améliorer quelque peu les conditions de travail des ouvriers.

Le Greeter est un expert, mais pas un dictateur: il vous laissera raccourcir ou allonger l’itinéraire, faire des détours. Une vraie balade personnalisée. En chemin, on croise un ancien tribunal reconverti en bibliothèque et on passe devant le bar Stonewall, dans lequel a commencé la “révolution gay”. On apprend d’ailleurs que Gay street, contrairement à ce qu’on croyait, n’a pas été nommée ainsi en l’honneur de la révolution homosexuelle, mais d’après le patronyme d’un riche philanthrope! Enfin, après avoir pénétré en cachette dans la cour de “One if by land, two if by sea”, le restaurant new-yorkais dans lequel il y a le plus de demandes en mariage, la visite se termine devant la plus petite maison de New York. La demeure, située dans Bedford street, a appartenu à la poètesse Edna Saint Vincent Millay. Elle est particulièrement étroite, ce qui ne l’empêche pas d’être en vente pour la modique somme de 12 millions de dollars.

A la fin de la visite, on ne voit plus Greenwich village de la même manière. Et on a une seule envie: recommencer la même chose, mais dans un autre quartier!

Big Apple Greeter propose des visites entièrement gratuites avec des guides bénévoles, d’une durée moyenne de 4h. Il faut réserver au moins quatre semaines avant votre départ pour New York ici.