Help Me, je veux m’expatrier !

Après une visite en simple touriste, il y a 2 ans, Caroline Scemama tombe amoureuse de New york et de la vie new yorkaise. Elle décide de «vendre les meubles sur e-bay» et s’expatrie pour vivre le rêve américain avec son mari et ses deux enfants. Malheureusement s’expatrier n’est jamais facile. «On a fait des choix qu’avec le recul je ne referais pas». Sans amis, ni famille sur place et donc sans précieux conseils de New Yorkais avertis, ils se heurtent à des difficultés qu’ils n’avaient pas forcément pris en compte:  «Où mettre les enfants à l’école, où habiter?». Leur premier appartement, ils le choisissent dans Midtown. «Dans mes rêves, je voulais vivre à côté du Chrystler Building ». Mais elle déchante vite : «Vivre Midtown, c’est pas une vie. Il a fallu donc réorganiser un déménagement».

Caroline Scemama

De là naît l’idée de faire partager son expèrience à tous ces Français qui veulent tenter l’aventure de l’expatriation et qui rencontrent des difficultés dans «les problèmes de la vie»: dans le choix de l’école, des activités extrascolaires, ou encore d’intégration. Le projet naît au Printemps 2008. Caroline Scemama s’associe à Jacqueline Carrier, une New-yorkaise pure souche. Expat New York commence à se faire connaître par Facebook. Un premier choix de communication qui s’est avèré payant : «C’est par Facebook que mes premiers clients m’ont contacté.» Le site Internet officiel est mis en ligne en décembre 2008.

Jacqueline Carrier
L’entreprise découpe son activité en trois secteurs: les courts séjours, les étudiants/stagiaires et les familles.
Pour les courts séjours, grâce au réseau qu’elle s’est forgé à New York, Caroline promet de trouver un appartement défiant toute concurrence: «pour ceux qui ont envie de vivre New York autrement qu’à l’hôtel».
Néanmoins, le gros de l’activité d’Expat New York se concentre à l’heure actuelle sur les offres liées aux étudiants. De l’inscription à l’école souhaitée, à la rechercher d’un appartement, les démarches d’obtention de visas et autres conseils de vie: Expat New York aide à «rassurer les parents». «Nous sommes un peu leur famille ici». «J’ai conservé des relations amicales avec tous mes étudiants. Même ceux rentrés en France continuent de m’appeler». Les étudiants sont chouchoutés : accueil à l’aéroport et même “Coca avec visite du quartier”.

En ce qui concerne les offres présentées aux familles, elle propose de tout miser sur le conjoint. «Celle ou celui qui reste à la maison, à gérer le quotidien». Elle place avec un sourire «j’ai eu aussi des papas qui restaient à la maison!». L’aide à l’intégration passe aussi bien par l’inscription dans les associations francophones comme par le dernier cours de yoga incontournable. Mais Expat New York propose aussi aux familles d’organiser les déménagements, recommande les femmes de ménage et les nannys : « Ne jamais donner plus de 10$ à la nanny! , conseille Caroline, La première que j’ai engagé m’avait demandé 20$. J’ai pensé New York était une ville cher et j’ai dit oui! » Des conseils pour les familles qui sentent le vécu :  « Je peux parler aux familles puisque j’ai moi une famille ». Les tarifs des services proposés varient entre 900$ et 5000$ pour les projets les plus élaborés, que ce soit pour les familles ou les étudiants.

Expat New York assiste ainsi les expatriés dans les moindre détails de la vie quotidienne. Ils proposent une aide téléphonique 24/24, 7/7.  « Il y a quelque jours, une cliente m’a appelé pour que je la renseigne sur les diffèrences entre Fat Milk, Skim Milk etc… Ou encore j’ai eu une étudiante qui voulait savoir le moyen le plus économique pour se rendre à JKF ». Une implication constante pour un succès naissant qui amène l’activité à se développer de manière même surprenante:  « On ne s’y attendait pas, on pensait devoir attendre deux ans pour que l’activité démarre vraiment ». Prochain projet, développer Expat Paris: un bureau qui permettrait à l’entreprise d’avoir une visibilité en France mais surtout aider les Américains à s’expatrier vers la France. « Parce qu’ils sont tout aussi nombreux ».

Site : Expat New York