J’irai dormir sur ton canapé !

L’un des derniers gros rassemblements de “couch surfeurs” fut la Pillow Fight à Union Square le samedi 3 avril 2010. Parmi les 20 000 personnes, plus d’une centaine de “couch surfeurs” (Cs), se sont retrouvés pour une énorme bataille de polochon. Après trois heures de combat, ils se sont retrouvés dans un bar au concept très “Cs”: une bière achetée, une pizza offerte.

Le couchsurfing consiste à chercher/prêter son canapé, que ce soit pour une nuit ou une semaine. Cela permet ainsi à des voyageurs de se loger à moindre coût. Une ville comme New York est évidemment une destination très prisée par les couch surfeurs, où les hôtels qui facturent en dessous de 200 dollars la nuit sont rares. « J’ai environs 30 demandes d’hébergement par jour ! Je suis malheureusement contraint d’en refuser quelques-uns… », explique Mike, un des administrateur du Couchsurfing de New York. Les statistiques indiquent que les Cs les plus nombreux restent les 18 / 24 ans, mais environs 8 % des inscrits ont entre 40 et 70 ans et 345 ont plus de 80 ! « Mon ancienne colocataire à New York accueillait beaucoup de surfeurs. Un soir, une dame de plus de 60 ans est restée sur notre canapé. Elle venait pour des conférences sur l’écologie. Je me suis sentie un peu coupable de ne pas lui laisser mon lit mais elle a insisté pour rester dans le salon,” se souvient Sarah.

Un autre côté vraiment intéressant est que les hôtes connaissent leur ville ! Ainsi, ils peuvent facilement communiquer les bons plans. « Grâce à Mauricio, un Cs de New York, j’ai découvert le Fat Cat, un club de jazz situé vers Christopher street et la 9ème Avenue. Un live super, j’ai adoré», raconte Bérangère, comédienne française en vacances à New York.

Comment ça marche ?

Rien de plus simple. Créer un profil. Le mieux est de mettre un maximum d’information, car c’est ce que vont voir les autres Cs qui voudront vous contacter. Mettre une photo est aussi important car lorsqu’un rendez-vous est fixé dans un lieu public on se rend vite compte à quel point c’est utile. Enfin, définir si vous proposez votre canapé ou juste d’aller boire un verre, faire visiter la ville… Il n’est aucunement obligatoire d’accueillir des gens chez soi ! Pour chercher un canapé, il suffit de se rendre sur la page adéquate et entrer les critères. Il est possible de choisir tout, ou presque, concernant les hôtes : âge et genre désirés, chambre à part etc.

N’est-ce pas un peu… dangereux ?

Evidemment, aller dormir chez un inconnu peut paraître pure folie. Seulement, le couchsurfing propose plusieurs manières de se rassurer. Il existe des membres dits « certifiés » : après avoir envoyé environ 20€, le site a vérifié leur identité et adresse. Chacun peut émettre un commentaire sur une personne et cette dernière ne peut l’effacer. En clair, lorsqu’un Cs possède près d’une vingtaine d’amis et autant de critiques positives, il y a peu de risque, voire aucun.  Et si vraiment la crainte persiste, il suffit de se rendre au rendez-vous hebdomadaire pour rencontrer environs 20 à 30 Cs par semaine et mieux connaître son futur hôte. « Cela fait maintenant cinq ans que je pratique le couchsurfing. J’ai été logé en Thaïlande, au Philippine, en Irlande… et j’ai accueilli beaucoup de gens chez moi à Marseille. Je n’ai jamais eu aucun problème, que des bons moments et des rencontres intéressantes ! », explique Nico.

Sortir entre Cs…

Et si le fait de dormir chez des inconnus est trop effrayant, il est toujours possible de se balader sur le forum du site et rencontrer des gens avec qui aller au musée, se balader dans Central Park ou encore faire une virée à Coney Island.

Le site est plein d’autres surprises à découvrir par vous même : www.couchsurfing.org