J’ai un accent français: c’est grave, docteur?

A peine dites-vous “Hello” qu’on vous répond “Oh, you are French“? Pas de panique, c’est normal: l’accent français est facile à repérer et difficile à perdre. “On reconnaît l’accent français à cause des accents toniques“, explique Jeffrey Davis, coach pour Speak Clear Communication. “Les Français accentuent toujours la deuxième syllabe des mots, alors qu’en anglais, c’est plus compliqué“, affirme-t-il. Le son “th” nous trahit aussi: il semblerait que nous ayons beaucoup de difficultés à le prononcer correctement. Autre particularité des Français: nous bougeons beaucoup notre bouche quand nous parlons.  Tous ces détails font qu’il est facile de nous reconnaître. Mais l’accent de l’Hexagone n’est pas pour autant plus fort qu’un autre. “La dureté de l’accent français dépend des régions”, affirme Jeffrey Davis. “Les Parisiens ont souvent un accent assez fort. En revanche, j’ai rencontré de nombreuses personnes qui venaient de la région des Alpes et qui avaient un accent très léger“.

On peut réussir avec un accent

Avoir un accent français n’est pas à un obstacle pour celui qui veut réussir sa carrière à New York… Pour peu tout de même qu’on le comprenne! “Les gens qui viennent nous voir pour réduire leur accent ne veulent jamais le perdre totalement” raconte Jane Latz, présidente de Corporate Speech Solutions. “En général, ils y sont attachés. Ils veulent seulement le diminuer pour être compris par leur entourage“, ajoute la spécialiste de phonétique anglaise. De toute façon, perdre totalement son accent est quasiment impossible pour des adultes. “Pour y arriver, il faudrait travailler environ 10 heures par jour pendant de nombreux mois. C’est ce que font les acteurs quand ils veulent perdre ou acquérir un accent” affirme Jane Latz.

L’accent français, “so pretty” pour les New Yorkais

Quand on interroge les Français et les New Yorkais, on se rend vite compte que ce sont surtout les premiers qui sont gênés par leur accent, alors que les deuxièmes le trouvent généralement “so pretty”. La chanteuse Lady Popcorn, qui chante en anglais avec un accent français, raconte ainsi que ce sont surtout les Français qui notent son accent. “Au début, j’étais gênée quand je chantais, d’autant que les Français me faisaient souvent des remarques sur ma prononciation. J’ai donc voulu perdre mon accent, mais à chaque fois que je demandais à des Américains de m’aider, ils me disaient: pas question, c’est trop joli comme ça, garde ton accent!”. Ce qui a redonné confiance en elle à la chanteuse: “maintenant, je le vis bien“, conclut-elle.

Agréable et romantique” sont les deux adjectifs qui reviennent le plus souvent lorsqu’on demande aux Américains de caractériser notre cher accent. Dans ce cas, on n’a vraiment pas de souci à se faire… “Ce ne sont pas les Français qui viennent me voir le plus souvent” ajoute Jane Latz. “En général, ils sont fiers de leur accent, ils ne veulent pas le changer”. Et si vous demandez à la “speech therapist” pourquoi, elle répond sans ambage:  “Mais parce qu’il est magnifique!”.

Et pour les Français qui n’aiment pas leur manière de s’exprimer, voici quelques trucs pour lutter contre son accent “frenchy”:

1-Parler lentement: les Français s’expriment trop vite!

2-Toujours prononcer la dernière sonorité de chaque parole: il ne faut surtout pas mâcher ses mots.

3- Projeter sa voix: parler dans sa barbe parce qu’on est pas sûr de notre accent n’aide pas à se faire comprendre.

4-Accentuer les mots importants d’une phrase (en français, nous prononçons tout sur le même ton, mais les anglais marquent des différences sur les mots essentiels)

5-Faire attention à prononcer les “h” des débuts de mots, souvent occultés par les Français.

“Le seul moyen d’améliorer son accent, c’est la pratique” affirme Jane Latz. “Ca prend beaucoup de temps!”. Les cours de réduction d’accent sont très souvent efficaces, même s’ils ne font pas de miracle. Mais ils sont chers (entre 40 et 100 dollars la séance, selon la notoriété du ‘therapist’), du coup une solution plus économique consiste à rencontrer un New Yorkais qui cherche à apprendre le français et converser avec lui dans une langue puis dans l’autre. De nombreux New Yorkais proposent ce genre d’échanges. Et si malgré tout vous ne parvenez pas à améliorer votre accent, dites que vous qu’être Frenchy, c’est sexy.