La douche du succès

Mise à part à Cannes, son «village» natal, peu de gens savent que le beau Dante est incarné par un Français, affirme Gilles. Il y a presque 10 ans, il débarque aux Etats-Unis pour tenter sa chance dans le mannequinat. Avec un anglais plus que rudimentaire, «“Parking” et “my name is” étaient à peu près tout ce que je savais dire» raconte Gilles, rien n’était gagné. Mais les choses tournent plutôt bien pour le jeune Français qui enchaine les défilés et les campagnes publicitaires. Parallèlement, Gilles prend des cours d’acting dans l’espoir de passer un jour du podium à Hollywood.

Installé à Los Angeles, Gilles est aux Etats-Unis comme chez lui. «Ici peu importe qui tu es, ce qui compte c’est ce que tu sais faire», «c’est ça les States» ajoute-il avec un léger accent du sud. Pourtant, Gilles reste attaché à son pays, la France. Il rêve d’une maison de vacances dans les hauteurs de Cannes, et est catégorique, si Luc Besson lui propose un rôle, «je rentre à la nage»!


Après quelques apparitions dans des séries américaines telles que Ugly Betty ou Dirty Sexy Money, il se présente au casting du très attendu film Sex and the City, et tape dans l’œil du réalisateur Michael Patrick King. Gilles accepte le rôle sans vraiment connaître les détails du scénario tenu secret jusqu’au tournage, et surtout, sans avoir jamais regardé un épisode de la série culte. Ce n’est qu’une fois le contrat signé qu’il s’installe devant sa télé et épluche les aventures de Carry Bradshaw et ses trois acolytes new yorkaises. Devant le caractère très “hot” de la série, la réaction est immédiate, «dans quoi me suis-je embarqué !?». A posteriori, Gilles est fier d’incarner l’homme objet, une petite révolution sur grand écran explique-t-il. «Enfin il y en a un peu pour les femmes», «il suffit de gratter un peu pour s’apercevoir que le rôle est beaucoup plus politique qu’il n’y parait».

Gilles reçoit des mails de fans du monde entier et a même dû retirer son numéro de téléphone de sa page Web. Il n’en revient pas du succès de Dante, le “serial lover” est devenu une véritable icône. Si Gilles est plutôt à l’aise devant la caméra, même dans son plus simple appareil, dans la vie, l’homme est du genre pudique. Mais après une telle expérience, l’acteur ne voit pas quel rôle il pourrait refuser.

Les offres pleuvent, un film avec Will Ferrel, un autre avec Samuel Jackson… Rien n’est encore signé mais cela ne saurait tarder. Il s’agit désormais de prouver que le playboy au corps de rêve a un vrai talent d’acteur. Gilles est conscient que rentrer dans la «machine Hollywood» n’est pas une chose facile et peu vite faire tourner la tête. Mais, marié et père de deux enfants, le “naked guy the Sex and the City” connaît ses priorités. Si la tête rêve au haut de l’affiche, les pieds, eux, restent bien ancrés au sol californien.

La fameuse scène et toutes les facettes du talent de Gilles Marini: (pour les amateurs, le moment crucial dure 1/2 secondes. Soyez attentifs…