La fantaisie au service de l’art

Carol est arrivée à Miami il y a 15 ans et en 2006, en plein « boom de l’art à Miami », elle ouvre une galerie d’art dans son garage. Original ! «Oui, c’est une façon de mettre l’art à portée d’un plus large public, le cadre très formel des galeries d’art restant souvent un obstacle à l’envie d’y aller. Ça fait peur ! Alors que dans mon garage, l’espace y est plus chaleureux, on se sent chez soi».

Et ça marche. En dépit de la crise économique de 2008 (elle nous confie que « le marché de l’art, après un léger mieux l’an passé, a sûbit comme un retour de bâton cet été. Depuis, une petite embellie semble s’installer»), Carole continue de travailler consciencieusement, multipliant les initiatives et les expositions. Lors de sa dernière exposition « Sense of Place », elle a, en plus de son garage, annexé sa maison, poussant l’idée jusqu’au bout puisque le jardin a accueilli les invités pour le vernissage. «C’est une expérience différente en fonction du lieu de l’exposition».

Mais son actualité du moment, c’est « Scope Miami », une des grandes foires d’art qui se déroule parallèlement à Art Basel. Son concept est d’accueillir des artistes qui travaillent en solo ou associés sous une seule identité artistique. Carol a choisi de présenter les œuvres « monumentales » de trois artistes qu’elle connaît bien pour avoir déjà travaillé avec eux. « Meltdown », de Jen Stark, une sculpture en papier, aux formes géométriques ; « Mort » de Guerra de la Paz (les artistes cubains Alain Guerra et Neraldo de la Paz) qui est une installation majestueuse, faite de textiles et vêtements récupérés (message écolo contre le gaspillage ?) ; et « Cannibal Kabob » de Kuhl&Leyton (Brad Kuhl et Monique Leyton), faite de scotch, c’est tout ! « C’est un travail entre l’abstraction et la figuration, un peu comme une scène de cinéma».

Les oeuvres sont très colorées et dans un premier temps, on est attiré par ses couleurs vives. Puis, lorsque l’on s’approche, on découvre qu’il s’agit de scènes de crime. «C’est une façon ludique de traiter la violence. Tous ces crimes ont bel et bien existé et été commis à l’arme blanche. Les artistes ont fait des recherches minutieuses pour composer leur scène». En voici un bref descriptif: « Three homeless men from the Perm region of Russia were detained in 2009 for allegedly killing their 25-year-old friend, eating part of him, and selling the reminder to a kebob stand.  The men say they did it out of jealousy, one stating that his friend was trying to take his girlfriend away ».

Des pièces d’envergures à découvrir du 1 au 5 décembre à « Scope Miami ».

http://www.cjazzart.com/