Le Consulat de France face au Big One

Le Consul de France à Los Angeles ne se contente pas de dormir avec un sac à dos qui contient l’essentiel au pied de son lit. Il veut aussi préparer au mieux son équipe à réagir en cas de tremblement de terre, le risque naturel le plus anticipé en Californie du Sud.  « En cas de catastrophe majeure, le Consulat n’a pas pour mission de sauver les Français, mais plutôt d’informer la France de l’état de la communauté et inversement tenir les résidents au courant de l’évolution de la situation locale »,  précise David Martinon. Si la terre tremblait, le Consulat se réfugierait vers la Résidence de France, le domicile du Consul, dont l’annexe a été organisée en véritable camp retranché.

Difficile d’imaginer, dans ce quartier cossu de Beverly Hills, les répétitions des exercices de rapatriement s’y dérouler. Le matériel nécessaire à la survie de 30 personnes pendant 15 jours y est désormais stocké : rations militaires, lampes, bâches, tentes, téléphones satellites  nécessaires pour communiquer malgré un réseau dysfonctionnant.

Tout le personnel du Consulat est invité à suivre une formation au secourisme. « Je veux que chacun sache comment fonctionne le groupe électrogène et où se trouvent les malettes de soins » estime le Consul. Ce dernier a introduit une petite innovation technologique avec l’installation d’un système qui rendrait l’eau de la piscine de la Résidence… potable. Grâce à l’intervention de la société Delta U.V. dont les filtres détruisent les organismes sans produit chimique.  Avec le sens du détail, David Martinon a décidé ainsi de « briefer tous les chefs d’ilôts et appeler régulièrement tous les gens influents de la communauté : médecins, membres de compagnies aériennes, chefs d’établissements, pour s’assurer que leurs numéros sont à jour ».

Un réseau sur lequel le Consulat compte aussi en cas d’incendies. L’épisode du nuage volcanique cette année a aussi permis de tester la mise en place d’une cellule de crise. Et si les propositions d’hébergement de la part de la communauté française n’ont pas eu le succès escompté, David Martinon et son épouse ont ouvert les portes de la fameuse annexe de la Résidence à une famille de touristes.