Le curieux ralentissement des taxis

Evans a fait le calcul: son trajet quotidien entre 45th et 1st avenue et 53rd et 5th lui coûtait avant le 1er décembre aux alentours de 6 dollars. “Depuis, la facture a plus que doublé” assure-t-il. Explications: les nouveaux tarifs adoptés par la Commission des Taxis et Limousine et entrés en vigueur au début de ce mois. Pour la première fois depuis 17 ans, les tarifs pour le temps d’immobilisation dans le trafic ont été modifiés.
Le compteur des taxis tourne en effet sur deux modes: soit une facturation au mile parcouru, soit, en dessous d’une certaine vitesse, une facturation à la minute. C’est cette dernière qui a changé. Une minute immobile revient désormais à 40 cents (contre 20 cents auparavant). La vitesse limite a aussi changé: désormais sous les 12 miles par heure (contre 6 miles/h auparavant), le tarif à la minute s’applique.

C’est ce qui est scandaleux, s’étrangle Evans: dans midtown, le matin ou le soir, un taxi ne depasse JAMAIS les 12 miles par heure”. D’après lui, la mesure a en outre aggravé l’état du trafic, puisqu’elle encourage les chauffeurs à ralentir.
Pour la commission des taxis et limousines de NYC, la hausse citée par Evans est sinon exagérée, en tout cas exceptionnelle. D’après un porte-parole de la TLC, la hausse se traduit par une augmentation de de l’ordre de 1 dollar par la course moyenne dans New York, qui passe ainsi de 8,65 dollars à 9,95 dollars.

Pour les chauffeurs, les nouveaux tarifs devraient permettre une hausse substantielle de leurs revenus: “de 2,64 $ de l’heure, soit un salaire horaire moyen de15,60$” estime Mattehw Daus, le Taxi & Limousine commissioner. Une prévision qui laisse sceptique nombre de chauffeurs croisés ces jours-ci. “Tout va aller aux garages (les propriétaires des taxis)” prédit Diallo. Un des ses confrères a déjà remarqué une conséquence inattendue de la hausse: “visiblement, beaucoup de clients compensent en diminuant voir en supprimant le pourboire. Depuis deux semaines, beaucoup me demandent de leur rendre la monnaie en intégralité, y-compris les cents, ce qui était rare avant”.

Les passagers pourront toujours essayer de se consoler en regardant la télévision: le TLC vient d’annoncer l’installation dans les taxis new yorkais d’écrans tactiles qui permettront de regarder des programmes de télévision, de suivre la progression du véhicule sur une carte et de payer par carte bleue, ce que peut de taxis acceptent aujourd’hui. On pourra même étendre le téléviseur, option précieuse pour qui veut pouvroi entendre son chauffeur hurler dans l’oreillette de son téléphone portable.
Les premiers écrans doivent être installés dans les derniers jours de décembre. L’ensemble de la flotte devrait être équipée au cours du premier trimestre 2007. En principe: une précédent expérience, en 2003, s’était terminée en échec total, les quelques 500 écrans installés alors étant hors d’usage après quelques mois de mauvais traitements par passagers et chauffeurs.