Le Met rouvre son aile américaine

Près de 2.800 m² de portraits, peintures de paysages et de vie quotidienne, sculptures et de pièces de mobilier… Située au deuxième étage, avec ces 26 galeries rénovées et agrandies, lumineuses et aérées, le nouvel espace impressionne. L’aile brasse des périodes et mouvements artistiques éclectiques: la Révolution, la naissance de la République, la guerre civile ou encore l’art dans la tradition populaire, l’impressionnisme américain ou l’ «Hudson River School», un mouvement de peintres paysagistes de la fin du XIXème siècle. On y croise de grands artistes comme John Singleton Copley, maître américain de l’art du portrait, Gilbert Stuart et ses fameux portraits de Washington. On peut aussi admirer les paysages américains réalistes et minutieusement peints de Thomas Cole, artiste considéré comme le fondateur de la « Hudson River School ».

Notre coup de cœur ? « Washington Crossing the Delaware », restaurée pour l’occasion. Peinte en 1851 par Emanuel Gootlieb Leutze, elle représente la traversée du fleuve Delaware par le général George Washington le 25 décembre 1776, en pleine révolution américaine. Leutze présentait la révolution américaine comme un modèle pour tous les libéraux du monde.

Le patriotisme américain rayonne dans nombre de ces galeries. «Faces of the Young Republic» présente une série de portraits d’Americains inconnus ou illustres à la naissance de la république américaine. D’autres s’attardent sur la vie « ordinaire » des Américains entre 1830 et 1860 ou encore sur l’image de la femme entre 1880 et 1910. On y trouve notamment un magnifique tableau de William McGregoc Paxton, « Tea Leaves », peint en 1909, représentant deux femmes en train de prendre un thé. Une certaine sérénité s’en dégage. Pour les amoureux des arts décoratifs, la galerie «Late Colonial Furniture 1730-1790» reçoit une mention spéciale pour ses pièces de mobilier rare.