Le Moma célèbre Matisse

“Radical invention” n’est pas ce que la plupart des gens attendent d’une exposition traditionnelle de Matisse, et c’est peut être ce qui la rend si brillante. Au lieu d’une rétrospective complète, elle se concentre sur une période de cinq ans qui se chevauchent avec la Première Guerre mondiale, une période charnière où Matisse a développé un style audacieux et différent de ce qu’il avait pu faire auparavant.

C’est entre 1913 et 1917 qu’Henri Matisse (1869-1954) a produits les œuvres les plus énigmatiques de sa carrière. “Alors qu’elles ont toujours été traitées comme des oeuvres étrangères les unes aux autres, c’est la première fois que le Moma a réussi à les rassembler avec cette exposition explorant le processus de création de l’artiste, qu’il appela lui-même « les méthodes de construction moderne”” explique Stefanie d’Alessandro, conservatrice en chef du Art Institute of Chicago. Matisse : Radical Invention, 1913-1917 va au-delà de la surface de ces peintures pour en examiner  la nature physique mais surtout l’histoire de leur fabrication.

L’exposition est le fruit d’une collaboration de cinq ans entre le MoMA avec son conservateur en chef John Elderfield et l’Art Institute of Chicago avec Stefanie d’Alessandro. Elle comprend environ 120 peintures, sculptures, dessins et gravures, principalement des années de 1913-1917. Elles représentent une période décisive dans la vie de l’artiste en transit à Paris entre son retour du Maroc en 1913 et son départ à Nice en 1917. Sectionnée en plusieurs parties, l’exposition présente de nombreuses œuvres plus ou  moins connues de Matisse. Paysages marrocains, vue de son appartement quai Saint Michel à Paris, ou nombreux nus font la richesse de cette galerie d’œuvres de l’artiste français.  Les peintures dénuées de détail, composées de formes géométriques aux teintes dominées par des dégradés de gris et noir. Ces caractères  coïncident à peu près avec la première guerre mondiale, ce qui peut expliquer cette palette de gris que Matisse utilisait à cette époque. Le cubisme a peut être exercé une certaine influence sur son travail.

Trois chefs d’oeuvre de Matisse ont vu le jour entre 1913 et 1917, La leçon de piano, Les Marocains et Les baigneuses. La première est l’une des pièces les plus personnelles de l’artiste, montrant son fils au clavier. Les deux dernières sont des oeuvres qu’il a commencé avant la Première Guerre Mondiale et terminé à sa fin. Elles ont été nettoyées (et analysées à l’aide de technologie de pointe) pour l’exposition, pour un nouveau regard frais et éclatant sur le travail de l’artiste français dans les galeries du Moma.

Du 18 juillet au 11 octobre au Moma,
The Museum of Modern Art
11 West 53 Street
New York, NY 10019-5497
(212) 708-9400
Pour plus d’infos, cliquez ici