Le paon d’Upstate

Fin d’année upstate New York, dans les Catskills. Nous la passons parmi les poules, les pigeons, les pintades de la voisine. Sommes invités dans leur quotidien. Il y a même un jeune paon célibataire qui, sous les érables, fait la roue a qui mieux mieux, comme s’il venait de l’inventer, la roue ! Il pratique pour la beauté du geste. Les partenaires potentielles les plus proches vivaient dans une ferme voisine, mais un coyote en maraude a dû les croquer, car on n’entend plus leurs gloussements d’une grange à l’autre.

Ici, l’air du temps est comme un porridge : épais, nourrissant, oedipien. Dans cette bouillie d’air du temps on ne distingue pas bien le saillant des évènements. Par contre on dort du sommeil du juste. Le silence des jours n’a pas connu depuis longtemps le brouhaha d’une idée neuve. Ni la roue ni Internet ! Seul le cri du paon hante nos nuits. Une pavane esseulée. Comme le rappel de la clameur du monde. Qu’il neige et tempête sur Denver, que Bagdad brûle, et qu’un mammifère, le Baiji, un dauphin blanc quasi aveugle, vient de disparaître à jamais des fleuves de Chine …un mammifère comme nous !

Le mieux, ici, est encore d’apporter sa pitance intellectuelle. En trois jours, Crayon boiteux, j’ai achevé “Qui dit je en nous “, le livre d’un copain, Claude Arnaud – Son essai original sur la fabrication moderne de nos identités a obtenu le Femina essai 2006 – Le minuscule opus de Pierre Michon “La Grande Beune”, Folio 43 45, illustre d’un détail de Gauguin en couverture, meilleur rapport qualité/nombre de pages (77 pages) de l’édition française contemporaine. Emotions de lecture certaines. Je me suis repu de ces bonheurs d’expression inédits, et de l’histoire d’un amour contrarié en pays de cavernes, a deux pas de Lascaux ! Le coup de foudre pour la buraliste par exemple :
“…Seules m’emportent les apparitions. Celle-ci me mit d’abominables pensées dans le sang. C’est peu dire que c’était un beau morceau. Elle était grande et blanche. C’était du lait.”
Enfin “Jours heureux dans les années noires “, un récit autobiographique d’Ernst Pawel, chez Flammarion, qui nous amène de Berlin a New York, via Belgrade (extraordinaire description de la capitale balkanique avant l’invasion nazie !), dans la langue drue et nuancée d’un amoureux des livres, biographe de Kafka (“Franz Kafka ou le cauchemar de la Raison “, Point Seuil 1996). A la veille de son décès à New York en 1994 , durant la guerre des Balkans , Pawel nous offre un regard sans concession sur “les petits soucis de l’existence” , genre l’identité , l’amour , la mort …

A part lire , je fais exploser mon BMI …Body Mass Index … cette nouvelle identité névrotique du citoyen Nyorkais, si on en croit les gazettes, se calcule par le poids de la personne en kilos divise par sa hauteur en mètre et centimètres. La plupart des Américains sont incapables de donner leurs mensurations en cm ou kgs, d’où la nouvelle obsession BMI qu’il fallait bien inventer pour occuper le consommateur ! A rajouter à la panoplie extensible des névroses locales ! Bush a un BMI de 26.6, Sylvester Stallone 30.1, Nicole Richie 16.1, Rosie O’Donnell 31.3 …vous etes “normal” entre 18.5 et 24.9 ; en surpoids entre 25 et 29.9  ; et obèse a 30 et plus.
La masse musculaire est comptabilisée comme la graisse !
Le gouvernement chinois vient d’interdire l’adoption d’enfants nationaux par les parents étrangers au BMI dépassant 40 !!!
Dans ma campagne, une souris des champs au ventre blanc, vient de se casser la figure d’une table de jardin. Je n’ai pas le coeur de lui demander son BMI. Si elle a des problèmes cardiaques, d’hypertension, de diabète, ou autres. Elle file sans demander son reste.

En général on passe ces derniers jours de l’année à faire des listes. Les meilleurs moments 2006 ou les plus pathétiques ! La saison vous donne le droit de vous contempler le nombril. D’être “réflexif”, comme on le dit ici ! Mais en ces derniers jours hivernaux (sans neige ici upstate )l’actu nous décoche une série de deuils historiques :un enterrement d’état pour le président Gerald Ford, 93 ans; une veillée mortuaire à l’Apollo de Harlem pour James Brown, le “parrain de la Soul Music “, 73 ans; et ce matin, samedi 30 décembre, l’exécution de la sentence de mort, par pendaison, du dictateur irakien Saddam Hussein, 69 ans …
Cette convulsion d’évènements nous replonge dans le présent. Liée a l’immobilité de l’air local, cela nous laisse tout pantelant … quid de la suite des évènements ?
Les barbares sont-ils aux portes de la ville ?…vont-ils nous interdire la “poursuite du bonheur “, du “rêve américain “, (“The Pursuit of Happyness “avec Will Smith et son fils, vu en famille, ne donne aucune réponse a la question ).
“Barbare ” vient du son guttural “Bar-Bar” qu’un Grec entendait lorsqu’un non-Grec parlait sa langue …les mots sont les miroirs de leur temps …quels seront les mots-clés 2007 ?
Ici aux USA …3 hypothèses Irak. Post-Baby Boom Politics. Immigration
en France …populisme. Parité. Immigration … Les paris sont ouverts, de Paris a New York via la basse-cour de ma voisine, ou notre paon vient, une nouvelle fois, d’inventer la roue !
Bravo à lui !!!

Bonne année oo7 ! JamesBondienne en diable !
Et le 18 février, Bonne nouvelle année chinoise !