Le Parisien, la culture du petit bistrot français

Un petit bistrot de quartier parisien, c’est le lieu qu’a voulu reproduire Christian Merand, avec son restaurant Le Parisien. “J’ai essayé de recréer ici ce qu’on trouve à Paris. Si mes clients étaient en France il y a trois jours, je veux qu’ils aient l’impression d’y être encore” explique le Français arrivé à New York il y a plus de vingt ans. Originaire de Paris, il a travaillé pour le restaurant Jean-Claude (Sullivan St à New York) avant de se lancer dans sa propre aventure.

Avec ses 30 places assises, la salle est cosy avec ses petits tables de bistrot, banquettes en cuir bordeaux et chaises en bois. L’ambiance rappelle peut-être celle du Bar du Marché dans le 6ème arrondissement de Paris. Ricard, Air France, Bottin Gourmand, des affiches françaises des années 60 trônent sur les murs en brique rouge du restaurant. Derrière le vieux bar en formica rouge, des bouteilles de Suze, Picon, Ambassadeur nous rappelle les apéritifs de grands-parents.

“Mis à part de plus grosses brasseries, il n’y avait pas de petit resto français dans le quartier” raconte Christian Merand. Ouvert tous les jours pour le lunch et dîner, avec un brunch les samedis et dimanches, ce restaurant est un bistrot de quartier où l’on sert en français, un endroit où on aime venir passer du temps avec des amis, boire un verre de vin tout en écoutant les chansons françaises qui passent sur le vieux tourne disque. On ne se doute pas que Le Parisien a ouvert il y a tout juste une semaine tant le lieu est bourré de charme et d’histoire.

Côté carte, c’est le chef Jonathan Masse qui a composé la carte. Ancien Sous Chef du très prisé Waverly Inn, il a su concocter un menu très “bistrot français” tout en y incorporant un petit accent new yorkais. “On est en Amérique, il ne faut pas que les clients soient complètement perdus en lisant la carte” ajoute Christian Merand. “Par exemple avec le shrimp BLT, ils ne sont pas dépaysés mais les crevettes rajoutent un petit quelque chose de différent”.
Au menu, des traditionnelles moules sont proposées marinières, thaï au lait de coco ou à la parisienne relévées de moutarde. On retient le pâté de canard en entrée et le steack Béarnaise qui ont l’air particulièrement apétissant. Gardez tout de même de la place pour les desserts maison avec une crème brulée et une tarte tatin. Le Parisien propose également un sorbet ananas/menthe hyper rafraichissant ainsi qu’une glace au chocolat.

Côté vin, il est servi au verre, en carafe ou en bouteille. La carte est typique de celles proposées à New York. Pinot Grigio, Malbec, rosé de Provence, Côtes du Rhones, ou Chateauneuf du Pape, “avec des bouteilles à 29$ comme à 75$, il y en a pour tous les budgets” explique le restaurateur.
Les week ends, Le Parisien propose une carte spéciale Brunch. Oeufs, pancakes, sandwiches, salades, de quoi régaler les réveils tardifs des samedis et dimanches.

Qualifié de “mini Pastis” par une américaine du quartier passant devant le Parisien, c’est peut être la plus belle remarque que l’on pouvait faire à Christian Merand. Avec ses murs chargés d’histoire et sa décoration bourrée de charme, Le Parisien marche sur les traces du bistro star du Meatpacking District.

Entrée à partir de 7 $, Sandwich autour de 10$, Plat à partir de 15$.

Le Parisien, 163 east 33rd St between Lex and 3rd Avenue, New York, NY

Réservation conseillée pour diner et brunch au 212 889 5489