Le photographe-missionnaire à New York

Deux mois durant, de mai à juin 2009, près de 160 photos de la Terre vue du Ciel, pour la plupart inédites, seront affichées le long de la promenade de Battery Park City, au World Financial Plaza.

Pour monter un tel événement, il aura fallu près de trois ans de travail acharné, et un budget près de trois fois supérieur à celui habituellement consacré aux manifestations européennes du photographe. Comme l’expliquent les organisateurs de Picture Earth, le concept d’une exposition d’une si grande envergure, en extérieur, gratuite, s’est heurté à la frilosité des autorités locales et des sponsors, peu enclins à investir dans un projet détourné de tout profit financier, et demandant de surcroit une importante logistique sécuritaire et matérielle. Et Yann Arthus-Bertrand de récapituler qu’aux États-Unis “tout est toujours plus grand, plus cher et plus compliqué” et c’est la raison pour laquelle, 7 mois avant le début de l’exposition, sa présence à New York s’est révélée indispensable pour contribuer au Fund Raising de l’événement.

Le photographe se montre néanmoins confiant sur le succès de l’exposition. Celle-ci arrive précisément à un moment où l’Amérique est parvenue à une maturité écologique suffisante pour entendre et répondre positivement à son message environnementaliste. “L’Amérique est prête psychologiquement !“. Alors que ce pays est le plus gros pollueur mondial, c’est aussi celui le plus disposé à changer ses modes de consommation. Ces contrastes font des États-Unis “un pays fascinant” à ses yeux. A une triste réalité écologique s’opposent ainsi des avancées comme nulle part ailleurs: c’est ici qu’ont été inventés les parcs nationaux, et c’est ici que les militants verts sont les plus en colère et les plus actifs.

Tout l’équipe de “Earth From Above” espère que leur message saura toucher le public américain. “Notre message“, comme le dit Yann Arthus Bertrand. “Mon travail ne m’appartient pas, je ne suis pas responsable de la beauté de mes photos“. En exposant, le photographe veut que chacun puisse s’approprier ce qu’il a vu. “C’est une entreprise commune, une mission” dans laquelle chacun s’investit avec générosité, pour convoyer un message d’espoir résolument optimiste: “Aujourd’hui, nous n’avons plus le temps d’être pessimiste. Il faut se réveiller, et il n’est pas encore trop tard” explique ce dernier, pour qui “il faut changer notre façon de vivre: vivre mieux avec moins”.

Afin de diffuser cette “idée partagée“, Yann Arthus-Bertrand continue de photographier et souhaite pouvoir être exposé dans le plus d’endroits possibles, connus ou inconnus, grands ou petits. Mais aujourd’hui ce sont surtout ses projets de films qui retiennent toute son attention. “Le cinéma est pour moi une continuation naturelle de mon travail de photographe“. Un premier film, “Six Milliards d’Autres” est prévu dans le cadre de l’exposition du même nom au Grand Palais à Paris, à partir du 16 janvier. Mais le véritable événement est programmé pour le 5 juin, avec la sortie mondiale du film “Home”, diffusé gratuitement sur Internet. Fruit de deux ans de travail, et d’une collaboration avec Luc Besson à la production, ce dernier se veut la version cinéma de l’œuvre photographique “La Terre Vue du Ciel”.


Site officiel de Yann Arthus-Bertrand
.

L’exposition “The Earth From Above,”, à voir à partir de mai 2009 à New York, le long de Battery Park City (World Financial Plaza).
(site officiel)

L’exposition “Six Milliards d’Autres”, à voir du 16 janvier au 12 février, au Grand Palais, à Paris.
(site officiel)

Film “Home“, sortie le 5 juin.