L’Entraide Française

Un vent de nouveauté souffle sur cette petite association de charité. Depuis février 2008, une nouvelle équipe est arrivée à la tête de l’Entraide Française, bien décidée à faire bouger les choses, après quelques années passées en veilleuse. Michèle Altier et Gérard Epelbaum, respectivement nouvelle présidente et nouveau vice-président, sont des figures bien connues du milieu associatif français. Après trois ans à la direction de l’Accueil Français, une association ludique à destination des nouveaux expatriés, Michèle a choisi de mettre à profit son expérience et son volontarisme au service de l’Entraide, rejointe quelques temps après par Gérard, actuel Secrétaire général du Comité des Associations Françaises de New York.

Créée en 1961, l’Entraide Française version 2009 se veut toujours fidèle a sa mission de départ: aider financièrement les Français, résidents ou de passage, faisant face à de graves difficultés ponctuelles. Mais aujourd’hui, face à une demande de plus en plus forte, la modernisation de ses activités est devenue une priorité urgente: lancement à l’automne d’une campagne de fund-raising adressée à 1100 personnes, création d’un site internet d’ici Noël, et mise en place d’une stratégie de communication à l’égard de la communauté française. L’objectif: accroître la visibilité de l’association, à la fois pour séduire les sponsors, mais aussi se faire connaître auprès des personnes susceptibles d’être dans le besoin.

L’année précédente, l’Entraide s’est essentiellement occupée de situations d’urgence: des Français résidents brutalement frappés par des difficultés financières liées à un décès, un divorce, la maladie ou un licenciement. Loin de de la France et de ses structures d’aide, et sans soutien familial, les personnes dans le besoin peuvent vite se retrouver démunies et sans savoir ou s’adresser pour un support financier et moral. L’association est alors là pour suppléer ce lien social qui fait souvent défaut à l’étranger, et amortir les chocs le temps que les procédures officielles d’aide s’enclenchent. L’équipe met un point d’honneur à intervenir dans les 48 heures dès qu’on les contacte. C’est une mission délicate, “car les gens ne veulent souvent pas reconnaitre qu’ils ont besoin d’aide, et ne viennent pas nous contacter directement“, confessent Gérard et Michèle, qui pourtant s’assurent de la plus grande confidentialité pour chaque dossier traité. “C’est à nous de faire toutes les démarches pour aller au devant des gens” continue Gérard, “et plus on avance dans nos activités, plus on se rend compte que la demande est croissante”.

Au plus grand regret de Michèle Altier et Gérard Epelbaum, l’association n’est donc pas encore assez sollicitée. Pour l’instant, la plupart des demandes, une quinzaine au total par an, passent par le consulat. “Ce sont les services sociaux du consulat qui nous contactent lorsqu’ils s’aperçoivent qu’en plus de l’aide prolongée qu’ils vont eux-même mettre en place (une retraire, une pension), certaines personnes peuvent avoir besoin d’une aide d’appoint pour arriver à s’en sortir pendant un certain labs de temps” explique Michèle. “Tous les dossiers sont donc filtrés en amont par le consulat“. L’Entraide Française intervient alors comme une aide ponctuelle et précise: “Nous ne voulons pas donner de l’argent à fond perdu. A chaque fois, la somme versée doit être allouée à quelque chose de concret; comme une caution d’appartement, des frais de santé, ou de scolarité“. Il s’agit donc davantage de participer à certaines dépenses que de distribuer l’argent. “Nous voulons être le plus rigoureux possible dans la façon dont nous gérons les aides, et contrôler ou va l’argent” renchérit la présidente. “Même si nous n’avons pas de plafond dans l’aide accordée, nous n’avons pas les moyens pour tout financer”.

En plus de ces aides d’urgences, l’Entraide Française veut développer des soutiens réguliers aux personnes âgées et à l’enfance. Pour lutter contre l’isolement des séniors, l’idée de Michèle et Gérard est de mettre en place des petites attentions: des visites et des cadeaux pour Noël, en collaboration notamment avec les élèves du Lycée Français de New York.
Ils veulent également que l’association puissent participer au financement des vacances scolaires de certains enfants. Ces initiatives ont déjà été lancées, mais comme le reconnaît Michèle: “tout dépend maintenant du fund-raising. Pour le moment, nous n’avons pas encore le recul nécessaire pour évaluer le succès de nos projets, et planifier un budget à long terme“. Ses espoirs sont donc tournés vers le succès des appels aux dons. Jusqu’à présent, majoritairement des particuliers ont été contactés, mais elle envisage désormais de se tourner vers les sociétés.

Contacter l’Entraide Française:
– Entraide Française, Inc., P.O.Box 231026, New York, NY 10023
– contact@entraidefrançaisenyc.com
www.entraidefrançaisenyc.com (site en cours de construction)