Pourquoi les Américains roulent-ils en automatique ?

L’an dernier, moins de 5% des voitures vendues aux Etats-Unis étaient équipées de vitesses manuelles. La rédaction a enclenché la seconde pour comprendre pourquoi les Américains roulent-t-ils presque tous en automatique. C’est la question bête de la semaine.

Richard Truett, reporter à Automotive News, et spécialiste des quatre roues, nous a donné quelques éléments de réponse. D’abord, nous explique-t-il, c’est une histoire de bouchons. En effet, selon lui, les Américains passent beaucoup de temps dans les embouteillages. Dans ces conditions, « avoir à changer de vitesse toutes les 30 secondes serait très fatiguant ».

Ensuite, les évolutions technologiques ont fait que la consommation en carburant des voitures “automatiques” se rapproche de plus en plus de celle des voitures “manuelles”. Cela contribue au fait que les boîtes de vitesse manuelles ne soient « pas vraiment privilégiées » aux Etats-Unis.

Et si certains rétorquent que la sensation de conduite n’a rien à voir en automatique, les constructeurs automobiles ont pensé à tout. Il existe désormais des palettes au volant pour « retrouver les sensations d’une conduite manuelle » quand le manque se fait sentir. Ça, c’est pour les Frenchies!

Le choix de l’automatique serait donc une sorte de solution de facilité, favorisée par le fait que le permis, contrairement à la France, soit le même quel que soit le type de voiture que l’on conduit. Il existe pourtant encore quelques voitures manuelles à vendre, « peu chères », mais « ce sont surtout les voitures de sport. Les voitures familiales elles, sont majoritairement automatiques ».

 

Pour Yoann Demoli, si la conduite est si différente « d’un côté et de l’autre de l’Atlantique », c’est notamment parce que « la diffusion de l’automobile y a été très différente ». Elle fut en effet bien plus rapide aux Etats-Unis, bien plus précoce aussi.

Les Américains voient donc la conduite comme « d’emblée démocratique et banale » : il faut qu’elle soit accessible à tous, et donc, facile à apprendre. Si il n’est au départ pas question d’automatique, le nombre de vitesse est déjà largement réduit. Et puis les femmes se mettent à conduire très vite aux Etats-Unis, et, comme certains persistent à le penser, elles ne maîtriseraient pas vraiment la mécanique : on supprime alors les vitesses manuelles. Messieurs, vous pouvez donc remercier la gente féminine d’être en partie à l’origine de cette invention qui vous facilite le quotidien.

Comme nous l’explique Yoann Demoli, « la démocratisation [a poussé] à la simplification ». Et maintenant que les boîtes automatiques sont ancrées dans les esprits américains, difficile de s’en détacher… La faute à une certaine « dépendance » : « une fois une innovation diffusée, même si elle est plus coûteuse que des technologies alternatives, il est difficile d’en modifier le cours ». Nous ne sommes donc pas prêts de voir les voitures manuelles faire leur grand retour aux Etats-Unis…