Pourquoi les “baby showers” sont avant la naissance aux Etats-Unis?

Les enfants, ce bonheur de tous les jours. On les élève, on se sacrifie pour eux, on les aime inconditionnellement, on les gronde souvent aussi, mais on ne s’arrête jamais d’être fiers d’eux. Et cet amour commence bien avant la naissance aux Etats-Unis, comme en témoignent les “baby showers” organisées pour fêter le futur bout d’chou. Pourquoi ne pas simplement attendre que le bébé soit là pour le célébrer?

On parle de « baby shower » parce que la future maman est « arrosée » (à l’image d’une douche = shower) de cadeaux. A l’origine, ces fêtes étaient organisées pour préparer la femme à devenir mère, des conseils étaient prodigués par les autres femmes présentes. Aux Etats-Unis, la majorité des “baby showers” ont lieu avant la naissance, en général autour du 7ème mois de grossesse pour que la future maman soit toujours en état et puisse profiter au maximum de cette avalanche de pousettes, tétines, peluches et vêtements.

Contrairement à de nombreux autres pays, organiser une “baby shower” est un signe de confiance. « En France, nous sommes plus réticents car plus superstitieux aussi : les futurs parents ont du mal à fêter le bébé avant de ne l’avoir vu naître », explique Camille Laurent dont l’entreprise Jolis Môments exporte le concept à Paris.

Au contraire, les Américains considèrent que l’enfant est très « réel » quand le ventre de la future maman est bien rebondi. « C’est vraiment dans la tradition, ancrée dans les mœurs et puis les Américains fêtent vraiment tout : des “gender reveal parties” sont également organisées pour connaître le sexe du bébé », précise Camille Laurent. Et on apprécie encore plus les traditions quand elles permettent aux futurs parents de faire quelques économies…

Les « baby showers » sont devenues populaires aux Etats Unis après la Deuxième Guerre Mondiale, avec le Baby boom. La tradition existait déjà au début des années 1900, quand la « baby shower » se tenait à l’heure du thé, les femmes étant dans le jardin pour discuter, abritées sous leurs ombrelles. Déjà, chez les Indiens d’Amérique, il y avait ce que l’on appelle la « Blessingway » qui peut s’apparenter à une « baby shower », même s’il s’agissait davantage d’une réunion spirituelle destinée à amener des énergies positives autour du bébé.

Si le concept est bien « made in the USA », le raz-de-marée débarque en France : « c’est une tendance nouvelle, on les fête à Paris depuis moins de cinq ans », précise Camille Laurent.