Les Champs-Elysées du Bronx

De Pierre-Charles l’Enfant à Jean Nouvel, les Frenchies peuvent s’enorgueillir d’avoir fait beaucoup pour sculpter le visage des grandes villes américaines. Tandis que le premier a construit Federal Hall à New York avant de participer à la conception de Washington DC (excusez du peu !), le second a signé de nombreuses constructions, de Los Angeles à New York. Mais à côté de ces « monstres sacrés », il y a ceux que l’histoire a oubliés. Parmi eux, Louis Risse. Cet ingénieur français, originaire d’Alsace, est le père de Grand Concourse, la plus grande avenue du Bronx dont les 8km, reliant le sud du borough aux espaces verts du Nord, ont joué un rôle déterminant dans le développement économique du Bronx tout au long du 20ème siècle.

Petit retour en arrière. Nous sommes à la fin du 19ème siecle, et la population de New York explose. Il faut donc trouver un moyen de désengorger Central Park, le principal point d’ancrage des nouveaux habitants, en créant une artère vers les grands parcs du Nord du Bronx. Louis Risse, chef ingénieur au Département de l’Aménagement des Rues, est chargé en 1892 de réfléchir au projet.  Soutenu financièrement, entre autres, par les frères De La Vergne, des descendants d’immigrés français établis dans la Hudson Valley, il imagine une grande avenue avec de larges trottoirs flanqués d’arbres, de grands bâtiments victoriens, de boutiques et de cafés. Son inspiration : les Champs-Elysées, alors un modèle pour les architectes et urbanistes du monde entier.

En 1893, Risse partage dans une lettre adressée à un fonctionnaire new-yorkais sa vision pour Grand Concourse : « Un boulevard est une promenade, une avenue de plaisir.» Il poursuit : « Le défilé incessant des familles, appréciant l’air, les beaux et les belles ; les nombreux enfants entre les mains de baby-sitters attentionnées et de mères inquiètes, sans parler des autres utilisateurs de l’avenue, ne sauraient être exposés à la circulation. » En 1902, Risse met le Bronx en chantier. Son « avenue de plaisir » est achevée en 1909.

Quand on se promène le long de Grand Concourse aujourd’hui, la comparaison avec les Champs-Elysées peut prêter à sourire. Les touristes ne s’y bousculent pas. Les cafés et les restaurants de luxe y sont inexistants. Certes, « the Concourse » est un axe majeur, comme le sont les Champs-Elysées, et est aussi large que l’avenue parisienne, environ 70 mètres. Mais la comparaison s’arrête là.
[ad#Article-Defaut]

« Le Concourse aujourd’hui est comme un décor de cinéma avant le tournage, une carcasse vide, sans vie car il manque tous les lieux à l’échelle de l’habitant (parkings, cafés, places, ruelles etc…) qui font la vie urbaine des villes latines», estime Vincent Lavergne, co-fondateur du cabinet Nadau Lavergne Architectes. Il participait le mois dernier à Intersections, un concours d’urbanisme sur l’avenir de Grand Concourse organisé par le Bronx Museum à l’occasion du centenaire de l’avenue. «Le Concourse est une infrastructure qui se traverse et où l’on ne vit pas. »

En réalité, il semblerait que Grand Concourse n’ait jamais vraiment eu le temps de devenir le lieu de vie que Risse imaginait. En effet, dès le début du 20ème siècle, l’explosion de l’automobile a confisqué Grand Concourse aux piétons et aux calèches. Sans parler du développement du métro et le boom immobilier qui ont suivi l’annexion du Bronx à New York en 1898. Dans les années 70, la crise économique et les incendies dévastateurs du Bronx éloigneront un peu plus « the Concourse » du rêve initial de l’ingénieur.

Cependant, Risse voudrait-il aujourd’hui que son enfant devienne la sœur jumelle des Champs-Elysées ? Pas sûr. « Les Champs Elysées sont devenus un grand centre commercial, estime Vincent Lavergne. Aujourd’hui, pour revisiter Grand Concourse, il faudrait plutôt s’inspirer des boulevards circulaires comme le Ménilmontant, où il y a plus de vie.

A voir au Bronx Museum jusqu’au 3 janvier 2010: exposition des 7 projets d’architecture finaliste du concours organisé sur l’avenir du Grand Concourse, dont celui de l’agence française Nadau Lavergne.

Bronx Museum: 1040 GRAND CONCOURSE (at 165TH STREET). BRONX, NY. Tel: 718-681-6000