Les cinq nouveaux plaisirs chocolatés de l’année 2009

1. L’artisan du chocolat: pour des chocolats haute-couture.
Dans sa boutique du Flatiron District de la taille d’un mouchoir de poche, Eric Girerd vend des chocolats sobres et élégants. La fantaisie n’est pas au rendez-vous, mais la multitude et le raffinement des saveurs. Le chocolat est toujours noir, et les ganaches se répartissent par thème. Celui de la mer comprend des chocolats aromatisés à différents marins où, aussi surprenant que cela puisse paraitre, montagneux (le sel des Andes). La collection des épices est célèbre pour ses chocolats au wasabi, au curry ou encore au safran. Il y a également les gammes plus traditionnels des pralinés et des fruits, avec une mention spéciale pour les bouchées acidulées à la cerise et au fruit de la passion. La femme d’Eric Girerd s’occupe en boutique de créer des jolis paquets au motif fleur de lys, pour rappeler qu’ici, on ne plaisante pas avec l’héritage de la gastronomie française. Les prix sont chers ($8 la boite de 4 chocolat), mais le chef ne plaisante pas avec la qualité, et ses chocolats méritent largement un traitement luxueux. 59 W 22nd St, entre 5th Ave et 6th Ave; (212-243-0033).

Pretzel-Covered Sea Salted Caramel, chez Bespoke Chocolates
2. Bespoke Chocolates: pour des chocolats “terroir” et forts en goût.
Bespoke (“fait sur mesure”) Chocolates vend des chocolats de luxe, tous faits mains, à des prix de luxe ($2.25 l’unité). Ancien chef pâtissier au très réputé Union Square Café, Rachel Zoe Insler savoure en effet le cacao comme on déguste un grand vin. Dans sa petite boutique auquel on accède par une impasse, les clients peuvent retrouver plusieurs “grands crûs” de chocolat, noir bien évidemment: du chocolat colombien au goût légèrement fumé, du vénézuélien pour son amertume ou encore du du chocolat des Caraïbes pour une saveur plus fruitée. Le chocolat n’est pas traité comme une confiserie sucrée, et Rachel Zoe Insler le mélange volontiers avec des ingrédients salés, comme pour ces truffes au chocolat noir et au caramel au beurre salé recouvertes de brisures de bretzels. Elle privilégie les associations fortes en goût (expresso, épices chai, cognac, thé noir), mais n’oublie pas quelques douceurs au lait et aux noisettes pour les palais plus sensibles. 6 Extra Pl., sur 1st St., proche Bowery; (212-260-7103).

3. Ronie Sue Chocolate: pour du sucré et du bacon.
Dans sa petite boutique artisanale en plein centre de l’Essex Market (les chocolats sont en fait fabriqués de l’autre coté de l’allée, derrière une baie vitrée qui protège les marmites de chocolat fondu des yeux avides des passants), Ronie Sue ne craint ni les calories ni le mélange des genres. Son produit phare est le Bacon Buttercrunch: cœur croquant au toffee et au bacon, enrobage au chocolat au lait crémeux, le tout recouvert d’éclat de noisettes grillée. Pour les plus aventureux, elle vend également des simples tranches de bacon grillé enrobé de chocolat au lait, une expérience gustative intéressante. Si votre taux de cholestérol ne vous fait pas peur, vous pouvez également tenter le BaCorn: du pop corn sucré, recouvert de bacon et de chocolat, et parsemé de pignons de pins.
Bacon au chocolat, chez Roni Sue
Heureusement, Ronie Sue n’est pas une monomaniaque du bacon, et elle propose également une vaste gamme de chocolats aux saveurs plus classiques et plus légères (fruits, vanille, praliné). Ceux à la rose et à la violette remportent les félicitations du jury. Environ $2 le chocolat. Essex Street Market, 120 Essex St, croisement Delancey St, (212-260-0421).

4. NuNU Chocolate: pour des chocolats doux et éthiques.
De son enfance en Afrique du Sud, la chocolatière Justine Pringle a retenu deux choses: le nom, NuNu, qui est le surnom affectif donné aux enfants, et une préoccupation éthique. Ses chocolats entièrement biologiques sont le résultat d’accord de commerce équitable avec des fermes en Colombie. Coté goûts, le jeune femme propose une gamme de saveurs classiques (ganache framboise, café, caramel) dans des formes naïves (étoiles, fleurs, papillons). Ses créations témoignent néanmoins d’un net penchant pour le caramel salé et les noix, avec comme vainqueur de la catégorie une bouchée au chocolat noir enrobant un cœur fondant au caramel, éclats de fleur de sel et de noix de cajou. La boite de 4 chocolats est vendue $7, celle de 9 chocolats, $15. 529 Atlantic Ave entre Third et Fourth Aves, Boerum Hill, Brooklyn (917-776-7102)

5. Bond Street Chocolate: pour des chocolats délirants et fashion.
Les chocolats inventés par Lynda Stern, propriétaire de Bond Street Chocolate ouvert en décembre 2008, sont pour le moins qu’on puisse dire originaux, si ce n’est bizarres. Dans son magasin de bonbon pour adultes consentants, il y a des crânes de mort, des mini bouddhas, des statues de Jésus ou de Ganesh, tout en chocolat bien évidemment. Certains sont recouverts de poudres argentés ou dorés pour un effet plus vrai que nature. On retrouve aussi des tuiles au chocolat au lait multi-colores, au goût beaucoup moins inoffensifs que leurs couleurs, puisqu’elles sont aromatisées au poivre du Sichuan. Toutes les saveurs sont également explorées: des classiques (vanille, noisette, café), des alcoolisées (bourbon, cognac), des inoffensives (fleurs de sureaux) et des plus épicés (poivre, piment). Et pour avoir le plaisir de croquer dans un Jésus au chocolat, il vous en coûtera $2 l’unité. 63 East 4th St, (212.677.5103).