Les dernières heures de la Jeanne

C’est certainement l’une des dernière fois que le porte-hélicoptères français Jeanne d’Arc fait escale dans le port de New York, son désarmement étant prévu pour 2010. Une retraite anticipée n’est pas inenvisageable si un problème survenait.


En service depuis 1964, le bâtiment a formé des générations d’officiers. Comme l’explique le Capitaine de vaisseau Hervé Bléjean : «Tous les marins sont passés sur ce bateau, à tel point que lorsque l’on rencontre un autre marin on se demande « et toi, tu es de quelle Jeanne d’Arc ?». Cette année, en plus des 425 membres d’équipage et de la cinquantaine d’officiers présents sur le bâtiment, 124 officiers-élèves ont embarqué, dont certains étrangers. « La vieille dame », comme la surnomme affectueusement le capitaine de vaisseau sera accompagnée par la fidèle frégate Georges Leygues tout au long de son périple. Ces bâtiments forment à eux deux le Groupe école d’application des officiers de la marine.


Parti de Brest le 15 décembre pour un voyage d’une durée de 6 mois, la Jeanne d’Arc a donc fait sa première escale à New York entre le 28 décembre et le 2 janvier. Investis d’une mission spéciale, les marins de la Jeanne ont remis des manuels d’histoire, des dictionnaires et des bandes dessinées à une centaine d’écoliers du Bronx qui, depuis septembre, apprennent le français. Ces livres enrichissent ainsi la bibliothèque d’une des trois premières écoles publiques bilingues à New York. Egalement partenaire de la fondation Louis Carlesimo, la Jeanne a accueilli 25 enfants français malades, qui ont ainsi pu visiter New York et passer le réveillon à bord du porte-hélicoptères.