Les Français s’installent toujours aux US, mais…

La croissance de la communauté française aux Etats-Unis ralentit. C’est l’un des enseignements du dernier rapport de la Direction des Français de l’étranger et de l’administration consulaire. Le nombre de Français inscrits au Registre des Français établis hors de France s’est stabilisé autour de 115.000 en 2010 (115.383 en 2009, 115.058 en 2010) après un pic en 2008 à 117.076 inscriptions. Les Etats-Unis accueillent la deuxième communauté française la plus importante derrière la Suisse. L’Amérique du Nord rassemble 12,4% des inscrits au Registre, outil utilisé pour mesurer la présence française à l’étranger.

« Si la taille de cette communauté évolue peu depuis 2008, la répartition entre les deux pays qui composent cette zone (Amérique du nord) est légèrement modifiée au bénéfice du Canada » poursuit le rapport. En effet, en 2010, 71.000 Français se sont inscrits au Registre au Canada, soit une augmentation de 2,2% par rapport à 2009.

Pour Eric Bosc, porte-parole au Quai d’Orsay pour les questions relatives aux Français de l’étranger, il ne faut pas voir dans ce ralentissement un quelconque désintérêt français pour les Etats-Unis. L’inscription au Registre des Français établis hors de France est volontaire, rappelle-t-il, donc les ressortissants français ne sont pas tenus d’y figurer. « Il y a beaucoup de séjours de courtes durées aux Etats-Unis, comme les stages ou les séjours d’études. Les taux de déperdition peuvent atteindre jusqu’a 20%. »

En outre, le nombre d’inscriptions évolue de manière cyclique. A l’approche d’une année électorale par exemple, les chiffres connaissent un pic, car de nombreux Français profitent de leur inscription sur les listes électorales consulaires pour s’enregistrer. Il est donc fort probable que les chiffres pour 2011 et 2012 soient en hausse.

Pour rappel, le nombre d’inscriptions au Registre pour les Etats-Unis a fortement augmenté entre 2005 et 2006, passant de 106.099 à 116.438, avec un pic en 2008 à plus de 117.000 inscriptions.

Crédit photo: Flickr / Comité Valmy