Les meilleurs speakeasies

Apotheke

«Si vous trouvez l’endroit, c’est que vous avez mérité votre cocktail », explique le propriétaire Albert Trummer. Pour arriver à Apotheke, on s’enfonce dans Chinatown, au Sud de Canal Street, jusqu’à la tortueuse Doyers Street, l’une des rues les plus anciennes de New York. D’origine autrichienne, Albert Trummer a choisi le quartier de Gangs of New York, où transitait l’opium pour ouvrir son bar il y a un an. Jessica Alba et Keira Knightley y ont désormais leurs habitudes.

Inspiré des boutiques d’apothicaires, l’endroit propose des cocktails infusés d’herbes et d’épices aux vertus médicinales. Les bartenders en blouses blanches jonglent avec fioles et ingrédients de toutes sortes : lavande de Grasse, hibiscus, bergamote, basilique. L’ordonnance de French Morning : le cocktail fraise et fenouil infusé au Grand Marnier, le martini poivron, aneth et poivre ou encore le cocktail à la tomate cerise (cf recette). Cocktails entre $15 et $17.

Les soirées « Thérapies du dimanche » à partir de 21h sont très prisées. Quand on lui demande si ses élixirs alcoolisés sont vraiment bénéfiques pour la santé, Albert Turmmer répond : « J’en suis la preuve vivante : je suis en pleine forme ».

Apotheke
9 Doyers St, New York, NY 10013-5117
212-406-0400


Recette du cocktail Bombay Sapphire par Orson Salicetti d’Apotheke Bar

Lillet blanc/
Agave/
citron vert/
Tomates cerises/
Basilique/
Une pincée de grains de poivre/
Un zeste de chili habanero/
Un zeste d’hibiscus/
Anneau de sel himalayan cuit avec des graines de fenouil et dans la liqueur sambuca/ étoile anisée

Please don’t tell

PDT (pour Please Don’t Tell) n’est plus un secret. Caché à l’arrière d’un boui-boui de hot-dogs de l’East Village, se trouve une cabine téléphonique vintage. Sonnez et attendez. Les happy few peuvent déguster un “Sazernac” ($12), un cocktail à base d’absinthe, de cognac et d’herbes. “C’est le plus vieux cocktail américain,” explique le bartender de PDT, David Slate. “Il a été inventé par un apothicaire de la Nouvelle-Orléans dans les années 1830.” PDT a tous les attributs du speakeasy jusqu’à la tête de cerf empaillée. Si l’absinthe vous effraie, le cocktail “dessert rose”, au gin Plymouth, à la rose et à la poire est une option plus « girly ». Attention, les gardiens du temple font entrer au compte-goutte : personne n’est debout donc vous ne pouvez rentrer que lorsqu’une place se libère. Pour se consoler en patientant : il y a toujours les hot-dogs.

PDT
113 St. Marks Place, près de la 1e Avenue.
212-614-0386

Little Branch

Descendez les marches et voyagez dans le temps : petites cabines version « saloon », plafond bas, vieux piano, ce bar sous-terrain à l’atmosphère feutrée capture l’esprit des années 1920. Les mixologistes de Little Branch ont tout du «style Prohibition » jusqu’à la moustache gominée.

Les cocktails sont exécutés avec maestro. Le personnel arrive deux heures avant l’ouverture pour presser les jus, et piler la glace (l’endroit est connu pour sa manière de piler la glace qui empêche les élixirs de se diluer). Choisissez le Mai Thai, avec rhum blanc et rhum brun (qui se mélangent pas donc et donnent deux couleurs différentes) ou demandez que l’on vous fasse un cocktail sur mesure. Vous ne serez pas déçus.

Sessions de jazz du dimanche au mercredi vers 22h30

20 Seventh Ave. South, at Leroy St.
New York, NY 10011
212-929-4360

Milk & Honey

L’entrée est une porte cachée dans une rue un peu glauque du Lower East Side. La salle est tout en longueur, assez étroite. Dans une lumière tamisée, la serveuse vous demande ce que vous aimez comme cocktails. Au bout de deux ou trois mots, elle vous dit : “C’est bon je vois exactement ce qu’il vous faut”.

Milk & Honey
134 Eldridge St
212-625-3397

RDV

La clique de Bagetelle et de Kiss & Fly a surfé sur la tendance speakeasy et ouvert RDV. Situé en dessous du restaurant Bagatelle, RDV est beaucoup plus grand que les autres speakeasies et l’endroit est très jet-set façon meatpacking district. Pour les puristes, les cocktails ne sont pas aussi subtils que dans d’autres speakeasies mais vous pouvez admirer la scène des mannequins et de banquiers rescapés de la crise.

409 W 13th Street
New York, NY 10014
212-255-1933

Death & Co

A deux pas de PDT dans l’East Village, ce speakeasy revisite les classiques. Cela donne par exemple la déconstruction de pina colada (rhum infusé à l’ananas, eau de noix de coco, sucre de canne, zeste d’angostura)

Death & Co
433 E. 6th Street,
212-388-0882

Pegu Club

Les meilleurs mixologistes de la ville se réclament du Pegu Club. C’est le speakeasy qui a fait école. Situé sur Houston St, l’endroit a moins de caché que les autres mais les cocktails y sont concoctés avec une grande rigueur. Y aller en pèlerinage.

Pegu Club

77 W Houston St
New York, NY 10012
212- 473-7348

Enfin, French Morning n’a pas essayé ces deux derniers speakeasies qui ont ouvert recemment mais aussi bien le speakeasy avec jardin que le restaurant speakeasy semblent valoir le détour.

Raines Law Room

Dans le Flatiron district, Raines Law Room a un secret de plus que les autres speakeasies : un jardin clandestin. Les cocktails sont fait avec menthe, sauge, basilique et framboises du potager. Quant aux autres ingrédients qu’ils ne font pas pousser eux-même, ils viennent du marché bio de Union Square.

48 W 17th, between 5th and 6th; pas de numéro de téléphone

Rye

Parce que siroter des cocktails peut vite monter à la tête, le concept de ” restaurant speakeasy” devait être inventé. C’est chose faite. Mais si Rye a des ambitions gastronomiques, le critique culinaire du New York Times Frank Bruni n’a pas été totalement convaincu, reprochant à l’endroit de manquer d’un positionnement précis.

247 South 1st St between Havemeyer and Roebling Sts, Williamsburg, Brooklyn
718-218-8047