L’hebdoblog de Patrick Erouart

Hello Lisbeth,

Pour une fois le gouvernement Bush prend son temps. L’Irak brûle, l’Irak ne cesse de saigner, mais le mot d’ordre est : “pas de précipitation ” . On va d’abord remettre ses médailles et rendre les honneurs militaires a Donald Rumsfeld , tombé au champ de la bataille politique de novembre . A cette occasion Cheney dit : “sans lui je ne serais pas où je suis ” !!!

Le Président ne veut pas être bousculé, alors le pays continue d’attendre. Seul à seul, il affrontera le désastre dont l’épicentre est l’Irak. Seul face à des dizaines de milliers de victimes, il va peut-être décider d’envoyer 20 ou 50 000 GIs de plus. On appelle cela le “Surge”…quelque chose comme le “sursaut”. Car le danger collatéral s’appelle l’Iran. A Téhéran vient de se tenir un grand colloque de négationnistes venus du monde entier. Le Moyen Orient , dans son ensemble , est une bombe dégoupillée : les factions palestiniennes se déchirent ; le Liban est pris d’assaut par les militants du Hezbollah; la Syrie, reine des raideurs, n’assouplit aucune position; Ahmadinejad dont petit à petit l’uranium s’enrichit au fond des labos militaires) clôt son colloque faurissonien en réitérant sa prédiction qu’Israël va disparaître !…et , pendant ce temps-la Bush 43 se frotte le menton …

J ‘évoque à peine Alliot-Marie qui, au même moment, à Lyon, devant les sbires de Sarkozy, elle, redresse le sien de menton, très ministre des Armées pour proclamer :
“La France c’est la Tour Eiffel et Jacques Chirac ” !
Sans rire !

Bush 43 (43 présidents mâles et blancs avant une 44eme, peut-être Hillarienne) vient de jeter aux chiens de sa meute le rapport Hamilton-Baker, qui , entre autres, préconisait un dialogue avec l’Iran et la Syrie. Les pages éditoriales du Wall Street Journal, toujours extrêmes, n’en ont fait qu’une bouchée. J’avais oublié leur virulence ! Du Fox news des grands jours pour la férocité !

Heureusement que nous habitons New York, l’épicentre des avant-gardes. Non pas des débâcles (cf Washington DC!). Nous pourrions faire l’autruche, la tête dans le nouvel opéra de Lou Reed “Berlin”(création du disque éponyme : 1973) à Brooklyn; l’opus “cryptotrash”, Astronome, de John Zorn ; ou d’une manière générale toute l’école de downtown : les clubs “Tonic” et ” Knitting Factory “…la tête dans le culturel, en somme !
Mais nous ne pouvons nous désintéresser totalement de la Fiction Bush . Du grand potentiel émotionnel de tous ces personnages ! Surtout que -patatras-la réalité nous refournit une raison de cauchemarder. A cause du malaise cérébral d’un sénateur démocrate du Sud Dakota, le Sénat pourrait repasser aux républicains en janvier ! Insupportable ! La politique ne devrait plus être un jeu de hasard. Nous avons déjà perdu trop de temps a perdre notre morale, nos idéaux : 6 ans exactement.
Seuls les financiers de Wall Street et de la City peuvent se féliciter de voir leurs bonus croître d’année en année. Au détriment des pauvres, des pas ou mal assurés, des classes moyennes en général.

Justement nous revenons du 11 Spring Street , avec ma fille. Au coin de la rue. Une histoire d’art et de fric très NYorkaise. Un bâtiment d’angle, néo-gothique, connu de tous y était investi par les meilleurs graffitistes de la place. Là, d’un coup, une opération immobilière va le transformer en condo(minium)s pour millionnaires ! Exeunt les graffitis “artsy” ! La boule de démolition doit ratiboiser l’ensemble architectural dès la semaine prochaine. Dans un mouvement plein de panache, ou de flair publicitaire, les nouveaux proprios, jeunes et branchés, invitent les artistes, deux mois durant, à y bomber leurs oeuvres, de les exposer quelques jours gracieusement, d’enregistrer l’ensemble pour un documentaire .

Lorsque nous arrivons la foule des visiteurs du musée gratuit éphémère fait déjà le tour du bloc. Un certain Jace est venu de la Réunion pour installer au 5e étage un gigantesque piège a souris avec une pile de fausse monnaie comme appât. “Un dernier Hourra pour l’art des rues ” proclame l’article du NY Times qui nous a avertis de l’opération.
“Peu importe, dis-je à ma fille, “nous irons créer un Palais du facteur Cheval à Vanuatu”… Les habitants de l’île du Pacifique viennent d’être élus le peuple le plus heureux du monde par un sondage intraçable ! “Ou bien à Harar…en Ethiopie, la ville de Rimbaud ou les portes de la ville s’appellent Axum, Argo, Suqutnat, Badro, Asmaddin …
Cela nous rapprochera de la maison mythique atavique …Djibouti-Somalie-Ocean indien…

Vendredi, O mon crayon boiteux, je pêche dans le NYTimes une étrange dépêche comme je les chéries:
L’homme le plus grand du monde, Bao Xishun, 7foot 9 (quasi trois mètres) un berger de Mongolie intérieure, vient de sauver deux dauphins d’un aquarium chinois. Grâce à ses interminables avant-bras, il a extirpe du fond de leur estomac des sacs plastiques en train de les étouffer. Les vétérinaires du Royal Jidi Ocean World, qui ont soufflé l’info au China Daily, félicitaient le champion estampille Guinness World Record pour son acte héroïque.

Je retourne a Harar, en week end onirique, sur Makina Girgir, la rue des machines a coudre à pédale. J’y retrouverai l’homme aux semelles de vent. Pas Bush 43 aux semelles de plomb.
A la nuit venue, sous l’enceinte de la 4e ville sainte de l’Islam, les hyènes de Harar approchent pacifiquement et attendent d’être nourries par les hommes. Une tradition ancestrale.

En fait les mythologies de ma jeunesse me feraient oublier que l’Ethiopie et les tribunaux islamiques de Somalie sont au bord de la guerre. “Sainte “, bien entendu.

Sans Game Boy ou sans Wii il devient très difficile de rêver en paix !

des bises

PS: Félicitations à Roméo , “our boy! “, qui vient d’intégrer Harvard
et un salut (“Total respect”) a Ahmet Ertegun, fondateur du mythique label Atlantic, qui vient de nous quitter au vénérable age de 83 ans !