L’UMP parachute Frédéric Lefebvre

Plusieurs responsables nationaux de l’UMP l’ont confirmé à French Morning: Frédéric Lefebvre sera le candidat de l’UMP pour les Français de l’étranger, circonscription Etats-Unis et Canada. La décision devrait être officialisée lundi mais elle ne fait aucun doute… et beaucoup de déçus. L’investiture surprend, car le secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des PME, du Tourisme, des services, des Professions libérales et de la Consommation -son titre officiel- ne faisait pas partie des favoris qui s’affrontaient.

En l’absence de confirmation officielle de l’UMP, les responsables politiques locaux préfèrent pour l’heure ne pas commenter, mais la décision est accueillie avec un enthousiasme des plus limités au sein de la droite locale. “Ca aurait été bien de choisir quelqu’un qui parle correctement anglais”, grince un militant qui se souvient d’un douloureux discours de Frédéric Lefebvre lors des cérémonies du 14 juillet dernier à New York. Surtout, le choix d’un “parachuté” plutôt qu’un candidat issu des Français des Etats-Unis ou du Canada est perçue par nombre de militants comme un risque politique certain. “Contrairement à ce qu’ils pensent à Paris, dit un autre militant, la circonscription n’est pas gagnée d’avance pour la droite”. Si les Français des Etats-Unis votent traditionnellement à droite, ceux du Canada -qui représentent plus de 40% des inscrits (70 000 sur 182 000), penchent plutôt à gauche.

La réputation peu flatteuse du fidèle de Nicolas Sarkozy, machine à gaffes et star de la blogosphère (on se souvient du mémorable “Zadig et Votaire”) ajoute au trouble de certains militants UMP qui craignent, dit l’un d’entre eux “qu’on nous refasse le coup de Neuilly en 2008 où Sarkozy avait cru pouvoir imposer David Martinon dans ce qu’il croyait être une circonscription gagnée d’avance”.

La désignation controversée pourrait conduire à une multiplication des candidatures “dissidentes” à droite. Antoine Treuille, président de la French American Foundation, considéré un temps comme favori, ne souhaite pas commenter pour le moment une décision pas encore officielle. Mais Julien Balkany, demi-frère de Patrick qui a déclaré sa candidature il y a deux semaines, confirme lui son intention de se présenter: “j’ai toujours dit que je ne demandais pas l’investiture UMP donc cela ne change rien pour moi. Je suis un Français d’Amérique qui veut défendre les intérêts des Français d’Amérique, et je continuerai jusqu’au bout, dans le cadre de la majorité présidentielle”. La droite devra aussi compter avec un candidat du Nouveau Centre, l’avocat Philippe Manteau.

La bataille de l’Amérique ne fait que commencer…