"Ma double vie avec Vin Diesel"

Son nom n’apparait pas parmi les premiers dans le générique des nombreux films d’action où il a joué. Pourtant Robert Bastens seconde l’acteur principal sans que le public s’en aperçoive : il est cascadeur-doubleur. Ce Belge de 42 ans est le doubleur attitré de Vin Diesel, tête d’affiche de The Fast and The Furious, Il faut sauver le soldat Ryan, Baby-Sittor, Fast & Furious 4 ou encore Babylon AD de Mathieu Kassovitz.

Autant dire tout de suite que les comédies romantiques, ce n’est pas son truc. Les films dans lesquels il double Vin Diesel mettent en scène trafic de drogue, secrets d’Etat, guerres ou chasses à l’homme. Ames sensibles s’abstenir. Mais Robert Bastens est un peu plus qu’un double car Vin Diesel est plus que son patron.

Son accent belge est à peine décelable, mais c’est lorsqu’il se remémore sa rencontre avec le célèbre acteur qu’il se trahit : “c’était en nonante neuf, ninety nine”, précise-t-il. “J’étais en boite de nuit et un mec bourré cherchait la bagarre avec un autre qui n’avait rien demandé. Il était vraiment insistant alors je l’ai pris par le bras, amené au bar et je lui ai commandé un Coca pour qu’il laisse l’autre tranquille.” Robert ne s’est pas posé de questions. Après tout, il a été videur et barman dans une vie antérieure, alors les chercheurs d’embrouilles, il les repère vite. Sauf que la personne à qui il venait de rendre service n’était autre que Vin Diesel, un acteur en pleine ascension à l’époque.

Vin Diesel lui rend la monnaie de sa pièce quelques mois plus tard, sur le tournage de The Fast and The Furious. Robert Bastens y avait été sélectionné pour être doubleur, et les deux hommes se sont immédiatement reconnus. Depuis cette époque, il accompagne Vin partout sur les tournages. “Il me fait confiance, et c’est rare pour les acteurs avec une telle notoriété de faire confiance aux gens, car tout le monde veut quelque chose d’eux.”

Robert Bastens est en réalité caméléon dans l’industrie. Il est acteur, doubleur et “stand-in”, trois fonctions bien distinctes. Cascadeur, il l’a été au début de sa carrière, mais un accident grave y a mis plus ou moins un terme. “C’était sur le tournage de la série télé Charmed, on était deux et on devait faire des sauts de plusieurs mètres suite à une explosion. Mais mon partenaire m’est tombé dessus et son genou a atterri en plein sur ma pommette, ça a fait crac!” Le traumatisme a été suffisant pour le dissuader de poursuivre.

Crâne rasé, lunettes de soleil sur le nez et carrure imposante, la ressemblance avec Vin Diesel ou Bruce Willis, qu’il a tous les deux doublés, est frappante. C’est d’ailleurs le critère numéro un qui garantit le succès d’un doubleur. “En tant que doubleur, je fais toutes les scènes où on ne voit pas la tête de l’acteur principal par exemple lorsqu’il est de dos ou lorsqu’on voit juste sa main”, explique-t-il. “L’idée est de n’avoir recours au véritable acteur que dans les scènes indispensables afin de maximiser son temps, le public ne se rend pas compte de ça!”

A côté de cela, Robert Bastens est “stand-in”, un terme difficilement traduisible qui fait référence aux acteurs qui interviennent en phase de pré-production pour préparer le tournage. “Je joue la scène comme si Vin la jouait pour que les caméras fassent leur mise au point, que les projecteurs règlent l’intensité de la lumière en fonction de la couleur de la peau, que le réalisateur se rende compte de ce que la scène va donner”, une préparation technique épargnée à l’acteur-star qui pendant ce temps a le temps de se préparer pour la scène.

Cela fait plusieurs mois que Robert n’a pas tourné, et il en a profité pour se faire pousser une longue barbe drue, un atout qu’il va devoir sacrifier bientôt : “je pars à Porto Rico cet été pour tourner Fast Five, la suite de Fast & Furious, je vais devoir raser tout ça.” Car son apparence est son atout principal, et il se doit de l’entretenir : “je fais de la muscu deux heures par jour, du jogging deux fois par semaine, et aussi du yoga et du surf”, c’est sans compter les arts martiaux, qu’il pratique depuis qu’il a 7 ans conjugué à un régime alimentaire strict.

Il le reconnait, ce Liégeois d’origine n’aurait jamais imaginé arriver là où il en est, et pourtant, il ne se repose pas sur ses lauriers. “Dans ce milieu, il faut se battre tous les jours et apprendre constamment, la concurrence est rude, les carrières se font et se défont rapidement”, souligne Robert Bastens, qui tente aujourd’hui de percer comme un acteur à part entière et de tenir, lui-aussi, les premiers rôles. Son succès, il le doit au travail saupoudré d’un peu de chance. Son conseil : s’éloigner des gens négatifs et rester avec ceux qui sont positifs, ceux qui vous encouragent à atteindre votre but.