Ma vie sexuelle en VO

“Les Americains ne cesseront jamais de m’étonner. Having sex ou making love? quelle drôle d’idée que de faire une telle distinction pour un acte si simple qui se finit toujours de la même façon. “Avoir du sexe”, je sais pas pour toi Nicolas, mais moi, ça me donne vraiment pas envie”.

“Mais je suis à New York de façon permanente et je ne veux pas rester seul” s’empresse de préciser Bernard, célibataire de 35 ans que je vois maintenant depuis quelques semaines. “Je veux donner une chance à notre couple, mais nos relations sexuelles doivent me rendre plus heureux et plus serein. J’en arrive même à douter de moi”. Il serait facile de juste sourire quand il fait l’étalage des soucis qu’il rencontre dès qu’il se retrouve en la charmante compagnie de Jane, une Américaine qu’il a rencontrée il y a 3 mois.

Pourtant, c’est un réel problème auxquels beaucoup d’entre nous, Français immigrés de New York, se retrouvent confrontés: une cour, veritable jeu de piste qui peut durer des semaines, des ébats trop mécaniques, froids voire calculés qui parfois nous font rougir, des règles hygiéniques hors tempo comme la course a la douche immédiatement après l’amour suivi d’un brossage de dents en bonne et due forme. Et pour finir ce classement officieux qui est de se retrouver, perplexe, dans la catégorie “having sex” ou bien, rassurés, dans celle bien plus glorieuse qu’est “making love”.

En règle générale, il est difficile pour les Americains de faire la différence entre érotisme et pornographie, entre ce que l’on dévoile à peine et le “bam bam thank you mam”. Si l’on ajoute à cela, la religion, le sens du péché et la culpabilité qui l’accompagne, l’acte sexuel est alors un acte bon c’est vrai, mais sale avant tout… so let’s have sex! Dès qu’une relation devient plus sérieuse, on est soudainement “upgradé” au statut de “making love”.

Quelles sont les options de Bernard? S’adapter et petit à petit lui faire découvrir d’autres plaisirs, ou tout simplement tourner les talons et retourner en territoire connu. Aux dernières nouvelles, leur couple a assimilé les différences et tient bien la route. Juste un petit problème vient d’émerger… plus ils avancent dans leur relation plus elle devient prude au lit. Quand il lui a demandé pourquoi, elle a répondu “tu es mon boyfriend maintenant, je ne vais tout de même plus me comporter comme une dévergondée!”

Posez moi vos questions sur www.monlifecoach.com, j’y repondrai dans cette rubrique.

Pour en savoir plus sur Nicolas Serres-Cousiné, lire le portrait publié par French Morning ici..