Mélenchon inspiré par les Etats-Unis

Le candidat du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon admire au moins les Etats-Unis sur un point : la politique de taxation des expatriés. « Qu’allons-nous faire avec ceux qui s’enfuient avec leur argent ? Nous allons les pourchasser ! » a-t-il clamé lors de son meeting du 6 mars 2012 à RouenEt comment ferons-nous ? (…) Comme font aujourd’hui les Etats-Unis d’Amérique ».

Si un Américain à l’étranger paie moins d’impôts dans son pays d’accueil qu’aux Etats-Unis, à cause de niches fiscales par exemple, il doit s’acquitter de la différence auprès du fisc américain. C’est le principe de taxation différentielle. Un Français, à l’inverse, ne paye d’impôts que dans son pays d’accueil en vertu de la non double-imposition.

L’admiration de M. Mélenchon pour les Etats-Unis ne s’arrête pas là. Lors de son discours, il a également rappelé avec humour qu’il y a eu « une période où (sur la dernière tranche des revenus) on prenait 90%. C’était sous le régime communiste de Roosevelt aux Etats-Unis d’Amérique ».