Opération séduction à New York

180 dollars. C’est le prix qu’une Américaine dépense par an pour de la lingerie en 2007. Il y a encore une petite dizaine d’années, les Américains s’offusquaient devant les leçons d’Aubade. Elevée aujourd’hui au rang d’accessoire fashion, la lingerie est devenue le segment de la mode qui enregistre aux Etats-Unis la plus forte progression: plus 4,6% en 2006. Désormais, la taille du marché américain est comparable à celle du marché européen et représente en tout 13 milliards de dollars.


C’est parce qu’ «il y avait une niche», que deux Français, Jean-Luc et Laurence Teinturier ont imaginé CURVE, salon américain de la lingerie fine et du balnéaire. Début 2007, ces deux professionnels de la mode implantés outre Atlantique depuis une vingtaine d’années, ont monté ce projet afin de «répondre aux attentes du marché américain tant au plan marques qu’au plan acheteurs»:  «Les acheteurs de lingerie ont besoin dans leur zone d’un forum professionnel où ils puissent en trois jours apprécier les nouvelles collections et les tendances, planifier leurs achats en fonction de leurs budgets, en bref prendre le pouls de la profession».

Après avoir conquis Las Vegas, où deux salons ont déjà eu lieu en février et en août dernier, CURVE compte sur New York pour étendre son action à la côte est et s’ouvrir à tout le territoire américain (New York et Las Vegas étant les deux premiers marchés de la lingerie aux Etats-Unis).


Avec CURVE, Laurence Teinturier espère également «élever la lingerie», c’est à dire faire apprécier aux Américaine la lingerie haut-de-gamme. Depuis environ 5 ans aux Etats Unis, elle commence à faire partie de l’attitude et l’Américaine y accorde de plus en plus d’importance. Témoin de ce changement: le terme «lingerie » tend à se substituer au «bra». Sur le plan de la sophistication, la France a sa carte à jouer. Loin d’être leader aux Etats-Unis où elle ne détient que 2% de part de marché, la corseterie française est d’abord une image. Ses points forts : sa technicité et la connaissance des matières.
Le défi majeur de CURVE demeure celui de montrer que Victoria’s Secret, leader sur le marché américain, peut être concurrencé. La marque qui se vante de faire défiler les plus beaux mannequins au monde possède en effet 10% du marché américain.

Du 3 février au 5 février, CURVE NY au Penn Plaza, entre Fashion Avenue et 33rd street.