Pactole, Méandre et orgasme global

Vendredi 22 Décembre 2006, New York
Saviez-vous que le Pactole et le Méandre étaient deux rivières d’Asie mineure, au coeur de la Turquie actuelle?
Dans la première on trouvait des paillettes d’or car le roi Midas au toucher fécond vint un jour s’y laver les mains.
La seconde est comme mon état d’esprit en cette saison : chantant, pacifique, tout en circonvolutions diverses.
D’ ailleurs je ne sais plus, à cause du réchauffement global, dans quelle ère géologique je vis. Des bourgeons éclosent sur les arbres de la 5 e avenue. Dans ma tête, le dialogue entre l’hippocampe et le néocortex (découverte scientifique de la semaine) tourne à la méditation planante. Vive Noël et son esprit ! Je ne suis pas très intéressé par “Maximum City”, ni par la “la ville qui ne dort jamais “… l’essence de ma saison est de passer au tamis les mille et un moments de l’année écoulée. Ce qui restera de l’anecdote et ce qui deviendra de la mémoire fondatrice. A moins que cela ne soit l’inverse. Des petits riens séminaux et de l’histoire avec un h minuscule. Bref je suis le Crésus du Curriculum, le Midas du temps perdu.

Time magazine m’a d’ailleurs voté Personne de l’année…ne me dites pas que vous aussi ! Vous avez été piègé par le miroir sur la couverture ?! Tout cela parce que YouTube lance les dernières tendances du marketing publicitaire.
Le Wall Street Journal évoquait aujourd’hui le grand bond en arrière du monde de la pub 2006. Finie la bouteille de soda en gros plan, tandis que lentement s’écoule la goutte d’eau glacée sur son galbe couvert de buée. Dorénavant le consommateur rejette cette grossière séduction. Il faut prétendre avoir crée un mini film que l’on diffuse entre copains sur des sites d’échanges con-viviaux ! Les héros de la saison publicitaire furent des chimpanzés et des hommes des cavernes. “S’adresser au cerveau reptilien” tel serait l’autre message 2006. Donc “low key “et préhistorique !
“Bush 43″ ?! dites-vous ?…mon crayon boiteux se refuse à divaguer dans de telles considérations !
La bonne nouvelle -côtés géostratégique et littérature- est la disparition subite et inattendue de Saparmurat Niyazov, l’autocrate du Turkménistan. Il aurait mérité son Borat ou ses” lettres persanes” piquées aux amphétamines, car l’homme avait ruiné son pays, mais il l’avait bouclé à triple tour. 21 ans d’isolement paranoïaque. Le Turkménistan est la 5e réserve de gaz naturel au monde et la peste y a fait sa réapparition en 2006 .Le “Livre de l’âme” de Niyazov devait être étudie 2 heures par jour dans les écoles turkmènes, avant le Coran.
N’élisez pas d’aspirant-écrivain mégalomaniaque, ni de peintre du dimanche (Hitler), ni de faux cow-boy…

Ce qui nous amène a l’autre question de la semaine posée par Newsweek:
“L’Amérique est-elle prête pour Mr Obaldia ou Madame Clinton ? Ils sont tous deux avocats. Tous deux auteurs à succès. Quel serait le problème ? La politique post-baby-boom selon Newsweek…on a du moins trouvé le concept. Il ne restera plus qu’à travailler les fondamentaux …le déficit à combler ou pas …l’Irak, par exemple, le projet Hamilton-Baker a disparu et le président nous a reparlé de “surge”(le sursaut des effectifs envoyés a Bagdad)…a New York, le public n’a envie de parler que du “surge” d’énergie humaine. Le projet “Global Consciousness “de l’université de Princeton lancé ce jour , vendredi 22 décembre 2006, l’Orgasme Global synchronise …cette nuit , vous offrez l’énergie genérée par notre activité sexuelle et cela se mesure…ils l’ont baptisé Global O. Comme le 9/11 ou le Tsunami 2004, le Global O aurait un effet scientifiquement mesurable sur la matière et l’énergie.
En fait, dans un premier temps, on a beau rire, mais c’est l’Amérique utopique que nous aimions, capable de financer des recherches dans des voies de traverse, malgré 6 années d’évolutionnisme, de fondamentalistes chrétiens, de conservatisme compassionnel, de néo-cons cela a quelque chose de rassurant. L’Amérique visionnaire n’est-elle pas plus convaincante que l’autre face à Al Qaeda ?
Le metro de NY a été creusé il y a 100 ans quand la majorité de NY était constituée de pâturages, nous rappelle l’Economist de cette semaine .Quand le plan urbain de la ville a été conçu, pour 1 Millions d’habitants, NY n’en comptait que 100 000.
La vision c’est cela la Midas Touche ! Quand le déclin touche une mégalopole ou une nation, l’or du temps (bien anticipé) redevient plomb.

Nouvelle française de la semaine : Mégret et Le Pen refont alliance !

Joyeux Noël
Patrick