Paris libéré… et en promo à New York

Il y a 70 ans, Paris tout juste libéré accueillait les Américains à bras ouverts. En 2014, c’est la même chose mais pas pour les mêmes raisons.

Les professionnels du tourisme de Paris et d’Ile-de-France veulent profiter de l’anniversaire de la libération de Paris pour dire aux Américains qu’ils sont les « bienvenus ». Pour les séduire, le Comité Régional du Tourisme (CRT) de Paris-Ile-de-France a lancé, mercredi à New York, une campagne de promotion baptisée “We are free. Merci!” dont l’objectif est de remercier les Américains pour leur sacrifice (par selfies interposés postés sur Facebook et Instagram) et leur rappeler qu’il n’y a pas que la Normandie qui les attend. 

“Il y a évidemment Omaha Beach, les plages du Débarquement, mais il y aussi Paris, où la libération s’est terminée », souligne le directeur général délégué du CRT François Navarro. 

En 2013, deux millions d’Américains sont venus à Paris et en Ile-de-France. En 2014, si leur croissance continue (+17% entre 2012 et 2013), ils devraient devenir la première nationalité à visiter Paris, devant les Britanniques, indique M. Navarro.

Plusieurs évènements seront organisés dans la capitale et ses alentours dans le cadre des commémorations de la libération. Parmi eux, une grande célébration Quai de l’Hôtel de Ville le 25 août et une exposition intitulée “Paris libéré, Paris photographié, Paris exposé” à partir de juin au Musée Carnavalet.

Cela suffira-t-il à attirer les Américains? Pas sûr. “Il faut créer un sentiment d’urgence, suggère M. Navarro. La Tour Eiffel, le Musée d’Orsay, le Louvre… c’est magnifique, ce sont les destinations préférées des Américains quand ils vont à Paris. Mais dans 20 ans, elles seront toujours là.”

Le Comité ne compte pas uniquement sur la libération pour promouvoir la capitale et sa région. Ainsi M. Navarro est-il venu à New York avec une délégation de vingt acteurs touristiques parisiens et franciliens, comme les Galeries Lafayette, le Crazy Horse et Vaux-le-Vicomte, venus pour certains présenter des produits non-liés à 39-45 aux professionnels du tourisme new-yorkais.

« Entre la France et les Etats-Unis, on est sur un bliss, ajoute Anne-Laure Tuncer, directrice d’Atout France US, l’agence publique chargée de la promotion touristique de la France aux Etats-Unis et qui a organisé le lancement new-yorkais de « We are free. Merci ». « Il n’y a jamais eu autant de références de la France aux Etats-Unis, comme la Boulange de Starbucks ou les meubles « Marseille » de Macy’s. Il y a une bonne vague. On ne l’explique pas ».

Quelle que soit la raison de leur visite, c’est promis, les Américains seront accueillis en amis. “On est soi-disant odieux, arrogants, on ne sait pas parler anglais, avance François Navarro. Mais, selon nos sondages au sortir du pays dans les aéroports, 93% des Américains sont satisfaits de leur séjour à Paris.